Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

L’AFP rapporte le mardi 16 octobre des propos attribués au ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini  qui déclare ne pas vouloir accepter les excuses de la France pour les migrants reconduits en territoire italien, considérant l’acte comme «une offense sans précédent contre notre pays». L’homme fort du gouvernement italien et chef du parti d’extrême droite, la Ligue avait déjà exigé lundi des «réponses claires» à la suite de ce qui est qualifié d’«incident» et d’«erreur» par les autorités françaises. Les autorités italiennes ont du mal à le croire. La préfecture des Hautes-Alpes, directement concerné est montée au créneau pour évoquer lundi un «incident » et reconnaître qu’il y avait eu une «erreur, dont les circonstances doivent être clarifiées». Pour la préfète dudit département, Cécile Bigot-Dekeyzer «C’est une erreur d’être passé en territoire italien sans autorisation de la police italienne. Les gendarmes n’avaient pas vocation à entrer sur le territoire italien ». Matteo Salvini a réagi mardi via les réseaux sociaux : «Abandonner des immigrés dans un bois italien ne peut pas être considéré comme une erreur ou un incident. Ce qui s’est passé à Clavière est une offense sans précédent à l’encontre de notre pays».

Il ne décolère pas du tout et a poursuivi en affirmant : « Pour Paris qui se targue de civilité, est-il normal de jeter des personnes dans un bois ? (…) Nous sommes face à une honte internationale, et Monsieur Macron ne peut pas faire semblant de rien. Nous n’acceptons pas d’excuses». Chaque année, des milliers de migrants cherchant à traverser la frontière entre les deux pays sont interceptés et acheminés à la frontière italienne. Selon le constat fait par l’AFP l’hiver dernier, parmi ces migrants certains étaient déposés directement par une fourgonnette de la police française devant la gare de Bardonecchia, en Italie. Les relations entre les deux voisins se sont détériorées ces derniers mois. L’Italie accuse ses partenaires européens, par lesquels la France, de l’avoir laissée seule gérer la crise migratoire et les quelque 700.000 arrivés sur ses côtés depuis 2013. En mars derniers, un contrôle opéré par les douaniers français dans la gare italienne de Bardonecchia avait déjà provoqué un autre incident entre les deux pays frontaliers. L’ambassadeur de France à Rome avait été convoqué au ministère des Affaires étrangères pour des explications au plus haut niveau.

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article