Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

 

Englué dans de nombreuses affaires pendantes, le locataire de la Maison-Blanche se voit reprocher d’évasion fiscale par le service des impôts de New York, qui a entamé mardi une enquête contre lui après la publication d’informations compromettantes selon lesquelles le président Donald Trump aurait bénéficié d’un magot estimé à plus de 400 millions de dollars de la part de ses parents, en partie grâce à de réseaux financiers parallèles favorisant l’évasion fiscale. C’est une information publiée le 03 octobre par l’agence Belga au profit de RTBF. Le président américain qui se décrit comme un milliardaire autodidacte, selon l’enquête menée par le New York Times (NYT), a surtout largement profité de la fortune de son père, via d’ingénieux systèmes d’évasion fiscale dans les années 90. La vaste enquête du quotidien new yorkais découvre que Donald Trump aurait engrangé l’équivalent de 413 millions de dollars (357 millions d’euros).L’enquête s’appuie essentiellement sur des interviews d’anciens collaborateurs de Fred Trump, père de l’actuel président américain, et sur plus de 100.000 documents relatifs à ses profits.

Les trois journalistes du NYT parviennent à conclure que «le président américain Donald Trump a pris part dans des régimes fiscaux douteux dans les années 1990, y compris des cas de fraude pure, qui ont considérablement augmenté la fortune qu’il a reçue de ses parents ». Néanmoins, «M. Trump qui a remporté la présidence en se proclamant milliardaire ‘self-made’, et a longtemps insisté que son père, le légendaire constructeur new-yorkais Fred C. Trump, n’avait fourni presque aucune aide financière ».Désormais, la version de Donald Trump est battu en brèche par les révélations qui prouvent au contraire qu’il avait bénéficié de 413 millions de dollars de l’empire immobilier de son défunt père, et ce depuis sa naissance. «La plupart de cet argent revenait à M. Trump car il aidait ses parents à échapper à l’impôt », écrivent les journalistes. La stratégie mise en place par Donald Trump consisterait à faciliter des déductions indues valant des millions de dollars, dans le but de sous-évaluer la fortune immobilière de ses parents, par centaines de milliers de dollars, à leur héritier. L’enquête du NYK constate que les services fiscaux américains se sont montrés peu exigeants. Le couple Fred et Mary auraient rétrocédé plus d’un milliard de dollars à leurs progénitures, ce qui aurait pu produire au moins 550 millions de dollars de taxe sous le régime fiscal de 55% imposés aux dons et héritages. Les gratifications de Fred Trump ont également contribué à régler les déboires financiers de son fils.

Donald Trump a aussi été bénéficiaire de multiples prêts qui n’ont pas été remboursés. «Ce qu’il ressort de ces preuves est une biographie financière du 45e président fondamentalement à rebours de l’histoire que Trump a vendu dans ses livres, shows télévisés et au cours de sa vie politique ». Et pourtant, l’investigation des journalistes  du NYT « montre clairement que dans chaque étape de la vie de M. Trump, ses finances étaient étroitement liés avec, ou dépendantes de, la richesse de son père ». Les journalistes du NYT ont épluché de milliers de documents confidentiels tels que des relevés bancaires, des audits financiers, livres de comptabilité et factures, mais aussi 200 déclarations d’impôts de Fred Trump, ses sociétés et divers partenariats et fonds. Les journalistes n’ont pu avoir accès aux déclarations fiscales du président lui-même, qui a toujours refusé de les rendre public, contrairement à ses prédécesseurs. Le président a refusé de commenter l’enquête quelques semaines avant la publication de l’article compromettant. Seul un de ses avocats, Charles Harder, cité par le journal, a néanmoins qualifié «100% fausses » et «diffamatoires » les allégations de fraude et évasion fiscale. «Il n’y a pas eu d’évasion fiscale ou de fraude par qui que ce soit », a-t-il martelé.  

Moussa T. Yowanga

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article