Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Dans la dépêche de l’AFP datée du 30 septembre, le site Le Devoir apporte la précision selon laquelle l’enquête consentie par Donald Trump sur son candidat accusé d’agression sexuelle, sera totalement indépendante même si l’opposition démocrate critique déjà sa portée limitée et redoute une interférence politique. Le président américain et une poignée de sénateurs républicains ont été contraints d’accepter vendredi, une enquête complémentaire du FBI sur le juge Kavanaugh, au lendemain de sa propre audition et celle de son accusatrice au Sénat. Professeure de psychologie âgée aujourd’hui de 51 ans, Christine Blasey Ford a livré un témoignage très poignant devant les sénateurs qui ont la lourde tâche de confirmer la nomination du juge conservateur proposé par le président Trump. Mme Blasey Ford avait accusé le juge Kavanaugh d’avoir essayé de la violer alors qu’ils étaient encore tous deux adolescents en 1982, lors d’une soirée alcoolisée.  Le juge Kavanaugh comme Mme Blasey Ford ont déclaré devant les sénateurs être certains à « 100% » de leurs souvenirs, qui remontent à 36 ans après les faits. Alors que Mme Blasey Ford le désigne comme étant son agresseur, le juge Kavanaugh réfute catégoriquement l’accusation en affirmant n’avoir jamais assisté à cette fête et n’avoir jamais eu de comportement violent ou inapproprié envers des femmes.

Devant cet imbroglio, le FBI a été appelé à la rescousse afin de vérifier les accusations portées contre le candidat de Donald Trump, avant le probable vote de confirmation qui interviendra après la fin de l’enquête policière. Les démocrates se montrent inquiets de la restriction du périmètre de l’enquête et du nombre de témoins  pouvant déboucher sur un processus bâclé dont la finalité sera la confirmation dans quelques jours de la nomination du juge. «La Maison-Blanche n’intervient pas, nous n’allons pas faire du micro-management », a rassuré Sarah Sanders, porte-parole de la présidence américaine dimanche sur Fox News. «C’est le sénat qui dicte les termes » de l’enquête, a-t-elle ajouté. Le président Trump avait lui indiqué samedi que le FBI avait «carte blanche». Mais, selon News York Times, c’est plutôt la Maison-Blanche, en tandem avec les sénateurs républicains qui décideront de l’ampleur des investigations. Il est mentionné la probable mise à l’écart de deux témoins qui pourraient remettre en cause la version angélique de Brett Kavanaugh sur ses penchants alcooliques pendant son adolescence. En revanche Mark Judge cité dans le témoignage de Christine Blasey Ford comme étant présent au moment de la tentative du viol présumée, pourrait bien être entendu par les enquêteurs du FBI.

Il avait déjà laissé entendre qu’il coopérerait avec l’agence de la police fédérale américaine. La sénatrice démocrate Mazie Hironno s’est exprimée dimanche sur la chaîne ABC appelant à une enquête complète. «Nous avons le temps d’aller au bout des choses », a-t-elle argumenté. Sur CNN, une autre sénatrice démocrate Amy Klobuchar a fait part de son inquiétude de voir le gouvernement tenter de limiter l’enquête à quelques témoins ou leur dire quoi faire. Tandis qu’une conseillère de Donald Trump avait plus tôt rappelé les règles de l’enquête : «La portée sera limitée. Elle doit durer une semaine, et a commencé vendredi. Les policiers ne sont pas censés jeter leurs filets à l’aveuglette ». L’ancienne directrice de campagne du candidat Trump a appelé à dépolitiser les affaires d’agressions sexuelles et avait révélé en direct lors de son interview en avoir été elle-même victime. Elle estime comme Sarah Sanders que les deux contradicteurs disent la vérité. «Ils peuvent tous les deux avoir raison », a-t-elle ajouté, reprenant la thèse d’une méprise sur l’identité de l’agresseur. Les républicains membres de la Commission d’audition se sont bien abstenus de critiquer directement Mme Blasey Ford, une universitaire, dont les accents de sincérité lors de son témoignage ont bouleversé les Américains. Le juge Kavanaugh est cependant visé par des accusations venant de deux autres femmes qu’il a rejetées avec véhémence. Selon les médias américains, l’une d’elles, Deborah Ramirez pourrait être entendue par le FBI. Elle dit avoir été victime des gestes sexuels déplacés lors d’une soirée, également fortement arrosée, lorsqu’ils étaient étudiants à l’université de Yale. Le FBI n’a pas souhaité faire de commentaire sur son enquête, renvoyant les médias vers le service approprié de la Maison-Blanche.

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article