Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Sur internet SO Ndilmbaye a donné depuis hier mardi  30 octobre 2018 ce super-conseil aux parents : « Nous devons apprendre à nos enfants et leur faire comprendre qu'être adulte, puis vieux c'est être le résultat de l'enfant qui en grandissant, a pris des années d'expériences, de maturité et de connaissances. Grandir c'est répéter les erreurs plusieurs fois, c'est commettre des fautes encore et encore, c'est avoir peur, parfois pour rien, même de son ombre, c'est avoir été traumatisé par des personnes plus fortes que soi, avoir été impressionné par les autres plus intelligentes. Mais de tous ces tumultes, le plus important c'est réussir à frayer son chemin dans la jungle, c'est réussir à trouver ses repères, même dans le désert. Que dans la vie, c'est chacun sa voie, et chacun son rythme mais que s'inspirer des autres et avoir des modèles peut être une motivation à se surpasser ou à faire mieux. Ne mentons pas à nos enfants, ne passons pas pour un super héros des dessins animés ou des films d'action créés pour nous divertir, ne passons pas pour des génies à qui tout  a réussi par un coup de baguette magique, ne les traumatisons pas en cas d'erreurs ou de fautes de leur part sinon ils auront peur d'en faire et seront traumatisé s d'essayer. Bonne et agréable semaine ! ».

Sur internet Souradj Oumar Sakine rapporte d’une manière urgente que : « la population de Bardaï à l’extrême nord du Tchad eut attaqué l’armée du dictateur Idriss Deby. C’était bien hier mardi 30 octobre 2018. L’armée du despote Idriss Deby a été attaquée vers 11H00 ce matin par la population de Bardaï, en voiture blanche sur la vidéo ci-jointe, il y a de cela environs 2 heures du temps d’où les affrontements continue à l’heure actuelle. La révolte a touché la région du grand Nord en général, cette révolte est due aux choses non catholique que l’armée du despote orchestrait dans la région de Miski, elle dépouillait les biens de la population, il parait qu’il y a aussi des cas des viols des femmes. Hier selon Tchadanthropus-tribune, la population de Faya a porté secours aux personnes ayant sauté sur un champ de mine, affrontant les forces de Déby sur la route de Miski vers Faya-Largeau. Les forces de Déby encerclées à Miski auraient utilisé les orpailleurs et les civils qui devraient quitter les lieux. Elles ont fait prendre la route supposée minée sur la sortie de Miski seul combat qui est perdu d’avance, celui auquel on renonce. La liberté, la justice, l’égalité, la dignité et la démocratie africaine et tchadienne sont désormais notre quotidien. La lutte d’un peuple uni conscientisé et décidé. A Bas la manipulation, l'Ethnicisme (ne signifie pas l'ethnisme, ce mot nouveau employé en sociologie sert à définir une forme de racisme qui au lieu d'exclure un individu parce qu'il appartient à une ethnie différente, l'exclu parce qu'il n'est pas identifié ethniquement. C’est le cas d un individu au métissage non conventionnel vivant dans une société multicommunautaire. Ce terme permet d'expliquer qu'un racisme perdure même quand un métissage se fait entre des communautés clairement identifiées socialement), la corruption, le népotisme, le clanisme, le néocolonialisme, l'injustice ».

Sur internet Jeff de Sarh accorde depuis hier mardi 30 octobre 2018 son soutient à : « N2A! Avec leur bêtise, ils ont fait de toi une Icône! Avec leur campagne de promo gratuite, ils t'ont mis sur de grosses vagues! Désormais, n'aie plus peur! Surfe sur ces vagues! Même si tu arrives à baisser les bras, on te donnera nos bras pour y rester longtemps! Avec toi, on va koooorrr jusqu'à. Frangin, tu n'as pas le droit de te fatiguer! Tu n'as pas le droit de te «fatiguer » comme certains là qui ont grillé leurs ampoules sous les ors d'un Palais! Car si tu oses le faire, JE ne te ferai pas cadeau! ».

Sur internet Brahim G. Dadi considère dans sa publication d’hier mardi 30 octobre 2018 que : « L’humoriste flingue les travers de notre société dans ces images simples mais contenant des messages de sens profond. Aujourd’hui, si on observe la société tchadienne, son souci n’est pas les grands projets de développement mais le minimum pour vivre : eau, électricité, nourriture, bon air à respirer, liberté d’aller et revenir, le droit tout simplement à la vie. C’est en gros, le Tchadien veut être lui-même, être Tchadien et vivre en tant que tel, en fait il est dans «une  quête de soi».Et dans cette aventure, l’humour est très important. Il faut rire de ses travers pour se façonner une société cohérente et où il fait bon vivre. Il n’y a pas de meilleure façon d’apprendre à être humoriste que sur scène. Il faut aux comédiens tchadiens des places et opportunités pour se développer et nous dérider un tant soit peu cette humeur constipée que nous affichons. Tristesse, grimaces, rides, stress, déception, ire, ... ne peuvent être vaincus par ses «panseurs» de nos plaies et déchirures ».

Sur internet Michel Kalabassou Dekantar a dénoncé mardi 30 octobre 2018 la mauvaise foi de Deby alias Alberto, l’actuel président de son pays le Tchad: « Personne n'est contre le fait que Alberto nomme un jeune à la douane, un gamin de sa petite famille comme directeur général de la douane. Malgré tout, le petit reste un Tchadien; ou un Tchado-soudanais. Oui, comme moi du Logone, Tchado-Camerounais... L'essentiel c'est gouverné, comme Deby de Kornoe au Soudan mais président du Tchad! Malheureusement, ce qui révolte c'est le fait que le gamin n'a aucune expérience. Il n'a pas été à l'école. À 26 ans, il n'a aucun diplôme. Il est de ces jeunes qui tirent à balles réelles sur nos ânes quelque part au pays de Toumai. Pendant que la zone  CEMAC discute avec le FMI, l'on s'interroge, que peut-il apporter pour son Tchad adoptif? Non, je veux dire son pays !Hé wilet! Ma ti dourba houmar michildah ! Que le bon Dieu donne sa sagesse au gamin ».

Sur internet Makaïla NGuebla continue de publier des écrits sur : « L'affaire des journalistes algériens Abdou Sammar et ses confrères algériens, inquiète la ligue Africtivistes qui demande aux autorités algériennes de faire preuve de dépassement Africtivistes dénonce l'arrestation de journalistes en Algérie. Le 23 octobre 2018, notre camarade Abdou Semmar d’Algérie et deux de ses confrères, Mérouane Boudiab et Adlène Mellah, ont été arrêtés par la gendarmerie nationale algérienne suite à une plainte pour diffamation. Ils étaient détenus depuis cette date en attente de leur comparution devant des juridictions pénale et correctionnelle. Ils n’ont jusqu’ici pas eu le droit de voir leurs avocats. Monsieur Boudiab, collaborateur d’Abdou Semmar dans son site d’information en ligne Algérie Part a cependant été relâché. Africtivistes exprime son inquiétude face à des pratiques d’un autre âge. Nous renouvelons notre solidarité et notre soutien indéfectible à notre frère Abdou Semmar ainsi qu’à tous les journalistes algériens qui vivent sous un régime de menace et de harcèlement incessant de la part des autorités politiques. Il est inconcevable que des journalistes et personnes de médias puissent encore être arrêtés, brimés et privés de leurs droits élémentaires qu’est celui d’être assisté par un avocat juste parce qu’ils ont publié des informations qui seraient gênantes pour certains. Il faut rappeler que ce n’est pas la première fois qu’Abdou Semmar est inquiété par les autorités algériennes. En 2017 déjà menacé, il avait dû se retirer pour se cacher pendant un certain temps. Son compagnon d’infortune, M. Mellah est lui toujours sous contrôle judiciaire pour avoir couvert la saisie de drogue au Port d’Oran. Africtivistes lance un appel aux autorités algériennes afin que la raison l’emporte et que les journalistes et hommes de médias puissent librement exercer leur métier en toute quiétude. Nous en appelons également à l’Union Africaine et à toutes ses composantes afin qu'elles agissent pour le respect des droits fondamentaux que sont la liberté d’expression, la liberté d’informer et le droit à l’information des citoyens algériens ».

Sur Internet Docteur Djiddi Ali Sougoudi a publié mardi 30 octobre 2018 grâce à son Coup de Badangaï 512 des informations sur ce qui se passe à l’extrême nord de son pays le Tchad :« Tourments et turbulences dans le Tibesti. Déstabilisation cyclique qui déferle des pentes acores d'un monde minéral figé où souffle tous les 10 ans l'ouragan de l'esprit belliqueux. Tibesti de fiers guerriers Toubous qui aiment par dessus toute l'adversité et l'anarchie. Et ils renouent avec leurs démons séculaires en criant aux victimes.Révolte sur révolte depuis près de 60 ans, il prévaut au Tibesti une véritable anarchie incompatible avec la coexistence pacifique. Tibesti, une terre minée où pousse des mines thésaurisées dans les grottes, en prélude à un prochain conflit attendu comme un messie. Le dessein sourd se nourrit du macabre dans un chaos apocalyptique des conflits renouvelés. Les maîtres de l'anarchie se retrouvent envahis par les friands de l'or éparpillé en pépites dans les vallées de Miski. L'or, étron du diable qui appelle tous les odieux délits: embuscade, coupeurs de routes, meurtres, prolifération des armes, bastonnades des allogènes pris au piège du gain facile, tortures et exécutions sommaires. Dans les vallées, les versants et les contreforts du Tibesti, il n'existe pas d'Etat mais il y règne la loi de la jungle pour ne pas dire la loi de la montagne. La montagne donne gîte et couvert et enhardit les autochtones, capables et coupables de comportements belliqueux. Les cris des suppliciés se mêlent à leurs psalmodies et prières pour la survie. Les hurlements glaçante d'un Tchadien traîné derrière une Toyota d'un tortionnaire insouciant deviennent un voeu exaucé appelant des troubles plus sombres embrasant toute une région devenue subitement maudite où règnent désormais les escarmouches et les coups tordus. Et tout se paie sur terre par cette théorie de tortionnaire qui devient torturé. Comment prétendre à la paix lorsque tout comportement local concourt à l'anarchie dans cette contrée tourmentée depuis des siècles? Pourquoi ne pas prêcher la paix au lieu de toujours se révolter en se ruant vers les hauteurs des collines et des montagnes ? »

 La sélection de Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article