Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

«Ce qui choque dans ces échoppes privées, c’est l’insouciance de ceux qui y travaillent et se font de l’argent en exposant la vie de leurs compatriotes. Ils ne se rendent pas compte qu’ils sont dans un cas de délit et de crimes en négligeant les règles d’hygiène et en se foutant des normes de pratiques médicales »,constate le Tchadien Djiddi Ali Sougoudi.

Malgré des multiples et intempestives tentatives de déstabilisation venant de la part de ses détracteurs, ne voulant plus le voir animer et enrichir son coup de Badangaï, Docteur Djiddi Ali Sougoudi ne range pas sa plume au tiroir comme font certaines personnes engagées, par exemple de la société civile tchadienne. Ce médecin de formation et responsable du Programme National de lutte contre le Paludisme au Tchad redouble d’ailleurs d’intensité, attaquant vigoureusement ceux qui se croient intouchables et se permettent le luxe de déstabiliser le bon fonctionnement de certains secteurs de la fonction publique de son pays. Ici, La Rédaction eut choisi au hasard trois sujets importants traités par l’auteur dans son Coup de Badangaï que l'on retrouve facilement à travers des réseaux sociaux, comme pour dire à ses détracteurs que les mots sont réellement des pistolets chargés en citant Jean Paul Sartre, l’écrivain Franco-Algérien. Voici donc ci-dessous le choix de la Rédaction.

« Coup de Badangaï (506): l'escroquerie par l'échographie hasardeuse: Comment certains médecins arnaquent leurs patients?

Décrier les visdiscitudes de la pratique médicale foncièrement mercantile zu Tchad revient à écrire une encyclopédie épaisse comme un dictionnaire Larousse. Voici une nouvelle méthode d'arnaque des paisibles citoyens dans les provinces par un corps médical véreux et imparable dans ses techniques de cupidité: faire des échographies aux femmes enceintes et aux suspects de douleurs abdominales au prix exorbitant. Pour toute consultation, une échographie est demandée et comble de perfidie et d'arnaque, celui qui doit manipuler l'échographe n'est même pas formé en la matière. Un simple infirmier voire un garçon de salle qui sait juste faire sortir des films sur papier et sans aucune autre expertise. Il ne sait ni lire et ni interpréter les images sonographiques issues d'une échographie. Le tour d'escroquerie est vite joué et un reçu de 15.000 à 35.000f est délivré à chaque patient.

Le faux praticien délivre souvent des informations alarmistes qui conditionnent le pauvre patient à des nouvelles dispositions psychologiques d'arnaque où il se voit remettre une ordonnance inutile dont les médicaments se trouvent encore dans les officines privées du médecin propriétaire de l'échographe. Dans l'Ennedi, un MCD et son cousin, faux-échographiste, se liguent pour exploiter toute une population en manipulant une machine dont ils n’ont aucune maîtrise. C'est l'exploitation pure de la naïveté et de l'ignorance de toute une population isolée et en manque de protection médicaux-légale. Cette mafia par l'utilisation de l'échographie par des gens non formés se fait aussi dans les nombreuses cliniques privées du Tchad. Vous êtes prévenus et une échographie n'a de sens ou de résultats de diagnostic d'une maladie que si elle est faite par une personne formée. Ne vous ne laissez pas gruger dans votre argent par ces faussaires ! »

 « Coup de Badangaï (510): les effroyables conditions de soin des structures privées.

Les pharmacies, les cabinets privés et autres échoppes sans adresses prodiguent des soins à la population dans des conditions exécrables qui donnent froid au dos. Le ministère de la santé a mis en place une commission de contrôle de ces structures privées d’un autre âge où les pratiques ignominieuses sont courantes et devenues banales. Lors d’une visite de contrôle, nous tombons sur un dépôt pharmaceutique sans nom, renfermant en ses rayons des produits parfois périmés depuis 4 à 5 ans, frigo non fonctionnel et rouillé qui sert de trompe-œil, des déchets médicaux jetés dans un coin proche des jarres d’eau à boire, des aiguilles usées qui traînent ça et là dans un désordre infâme. La pratique médicale dans les privés ne répond à aucune moindre norme.

C’est le grand désordre, le pandémonium. Ce qui choque dans ces échoppes privées, c’est l’insouciance de ceux qui y travaillent et se font de l’argent en exposant la vie de leurs compatriotes. Ils ne se rendent pas compte qu’ils sont dans un cas de délit et de crimes en négligeant les règles d’hygiène et en se foutant des normes de pratiques médicales. Certains véreux détenteurs de ces officines insalubres ont fui le contrôle en fermant leurs cabinets et dépôts, certainement informés par certains contrôleurs corrompus qui profitent de leur statut pour se faire des sous. « Images: frigo rouillé (1); Poubelle ménagère utilisée pour déchets médicaux (2); Jarres et poubelle en bon voisinage (3); Dépôts pharmaceutique sans nom (4) ».

« Coup de Badangaï ( 507): la création de nouveaux cantonats entre euphorie des nouveaux chefs et amertume des anciens roitelets tribaux.

La création de nouveaux cantonats et chefferies traditionnelles crée bien des frictions entre les nouveaux et les anciens chefs de cantons. Les premiers sont vus comme des arrivistes par d'anciens monarques et roitelets jaloux aux yeux de crocodiles. Si autrefois, les chefferies sont des auxiliaires de l'administration, de nos jours ces petits potentats sont sources de suprématie et de positionnement politique, en somme un vrai pouvoir qui ne se négocie pas avec l'arrivée d'une autre chefferie dans le même ferrick. De nombreux clans et tribus s'étripent et se mangent le nez pour la création ou pour l'étouffement dans l'œuf d'une chefferie en gestation. Les anciens chefs de cantons font recours aux bras longs pour empêcher la naissance d'une autre chefferie. Le recours aux fétiches et à la magie noire ainsi qu'à la corruption est le chemin vite emprunté pour empêcher l'éclosion de toute chefferie. Certains cadres régionaux se rangent derrière tels chefs de cantons pour des liens affectifs ou parentéraux afin de barrer la route aux nouveaux chefs qui en revendiquent leur part de pouvoir. En dépit de tout, l'heure est à l'affranchissement des clans minoritaires qui se soulèvent et obtiennent leur liberté en créant et obtenant leurs chefferies propres. S’investir chef de canton est une vraie manne car les parents et collatéraux se mobilisent pour une collecte des dromadaires et d'argent. C'est une source d'enrichissement énorme qui aiguisé tant d'appétit chez les autres. Bientôt et au rythme actuel, chaque individu sera proclamé chef de canton et le titre ne sera que pure banalité ».

Choix du Rédacteur en chef

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article