Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

A deux jours de l’ouverture des travaux marquant le XVIIe sommet de la Francophonie à Erevan en Arménie (11-12 octobre), la presse  canadienne a publié hier lundi 8 octobre, une information selon laquelle un nouvel organisme de promotion du français vient de voir le jour au Canada. C’est l’académicien Dany Laferrière qui en assure la présidence d’honneur. Le lancement officiel de ses activités a eu lieu lundi à Montréal, où la Fondation pour la langue française (FLF) se considère comme l’unique organisme de bienfaisance «entièrement consacré à la promotion du français » avec une présence à travers le Canada. L’initiative de la création de la fondation provient de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, qui a précédé elle-même la Fondation Langelier, d’où la Fondation de la langue française tire son origine. La FLF est à présent autonome, explique sa directrice du développement, Julie Gagné.

Le projet est un véritable Carrefour interculturel de francisation et d’immersion, qui ambitionne d’être complémentaire aux cours dispensés aux nouveaux arrivants par le ministère de l’immigration. Les immigrants trouvent des occasions de converser par le biais de soirées de cinéma, d’improvisations théâtrales et de diverses sorties culturelles allant par exemple de l’auto cueillette de pommes à une visite au salon du livre. «On voudrait tous leur faire connaître et aimer le Québec, tout en améliorant leur connaissance du français », détaille Mme Gagné. La cible actuelle dudit projet, ce sont précisément les immigrants travaillant dans le secteur des communications ainsi que dans les industries numérique et touristique. La FLF fait également une campagne de promotion du français en tant que langue des affaires, ainsi qu’une initiative auprès des sportifs de haut niveau qui ne maîtrisent pas la langue. «Souvent, un athlète va comprendre le français, mais n’ose pas dans une situation d’entrevue ou dans un bain de foule s’adresser aux gens en français », remarque Julie Gagné. La Fondation entend s’associer avec des fédérations nationales des clubs sportifs pour contrer cette hésitation à s’exprimer en français. Selon Mme Gagné, les alouettes et les Canadiens de Montréal ont déjà manifesté leur intérêt. Au nombre des administrateurs figurent entre autres, M. Laferrière, le président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Maxime Laporte, ainsi que le célèbre journaliste Marc Laurendeau.

Moussa T. Yowanga

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article