Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le verdict des urnes donne largement vainqueur le candidat de l’extrême droite Jaïr Bolsonaro avec 55,7% des voix, face au candidat du Parti des Travailleurs (PT) Fernando Haddad totalisant un score de 44,3%, selon les résultats officiels non définitif, au terme du second tour de la présidentielle  organisée ce dimanche 28 octobre au Brésil, rapporte l’AFP. Les résultats ont été communiqués par le Tribunal supérieur électoral (TSE) après le dépouillement de près 88,3% des bulletins de vote. Quelque 147 millions d’électeurs se sont mobilisés pour opérer leur choix entre le très controversé candidat de l’extrême droite, qui était le grand favori, et son adversaire de gauche, le poulain de l’ex-président incarcéré pour corruption, Lula. Le président actuel Michel Temer cédera son fauteuil au nouvel élu début janvier 2019 pour un mandat de quatre ans. Une foule nombreuse constituée des militants et sympathisants du vainqueur s’est massée en début de soirée devant son domicile pour célébrer la victoire du président nouvellement élu.

Jaïr Bolsonaro qui a failli être élu le 7 octobre dernier dès le premier (46%) s’impose largement, plus par rejet que par convictions des électeurs très déçus par la gauche qui a laissé prospérer la corruption et l’insécurité dans le pays. Âgé de 55 ans, Alvaro Cardoso n’a pas tremblé pour voter en faveur du candidat de l’extrême droite qui préconise la rupture : «Bosonaro va nettoyer les corrompus, il va chasser les escrocs, ces communistes », veut-il. Le candidat Bolsonaro a capitalisé sur la colère des Brésiliens. En revanche, Renata âgée de 41 ans qui déclare avoir voté pour Haddad se montre fébrile et inquiète. «Je n’ai jamais vécu une élection aussi polarisée. Je pense que c’est à cause de Bolsonaro qui est quelqu’un d’agressif, de fou. J’ai peur », lâche-t-elle en fondant en larmes dans un bureau à Sao Paulo, à l’évocation de cet admirateur de la dictature ayant sévi au Brésil (1964-1985). Contrairement aux électeurs de Jaïr Bolsonaro, dont certains s’étaient photographiés votant au premier tour avec une arme, de nombreux électeurs de gauche ont répliqué au second tour en se rendant aux urnes munis d’un livre sous le bras. Parmi les titres sélectionnés  par les électeurs figurent entre autres 1984 de George Orwell ou encore Comment meurent les démocraties de Daniel Ziblatt et Steven Levitsky.

 

Ces électeurs postaient des photos sur les réseaux sociaux sous les mots clés #LivroSim et #Armanao (Livre oui, arme non). Le président de la Cour suprême Dias Toffoli tenait à la main un exemplaire de la Constitution lors de son passage au bureau de vote. «Le futur président devra respecter les institutions, la démocratie et l’Etat de droit », a-t-il rappelé. Abondant dans le même sens, Marcio Coimbra, enseignant à l’Université presbytérienne Mackenzie estime que le Brésil dispose de garde-fous solides avec «un parquet fort, une Cour suprême forte et un Congrès qui fonctionne ». Le candidat Jaïr Bolsonaro a glissé son bulletin dans les urnes à Rio, évitant soigneusement la foule. Il était accompagné de sa troisième épouse Michelle et n’a fait aucune déclaration invoquant des raisons sécuritaires. Son adversaire Fernando Haddad a voté à Sao Paulo dans une ambiance un peu surchauffée, acclamé d’un côté par ses partisans brandissant des roses et entonnant des chansons traditionnelles de la gauche, et accueilli par un concert de casseroles d’opposants de l’autre. «La démocratie est en danger. Les libertés individuelles sont en danger », a indiqué Haddad à la sortie du bureau de vote. Mais «le Brésil s’est réveillé ces derniers jours. J’attends les résultats avec beaucoup d’espoir». En dépit d’une campagne émaillée par de violences et alimentée par des discours haineux, le vote du second tour s’est déroulé dans la sérénité, a déclaré le ministre de la Sécurité publique, Raul Jungmann. Pour le président sortant Michel Temer, la transition débuterait « dès demain » lundi.

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article