Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Mercredi 26 septembre 2018, l’AFP rapporte que la police congolaise a dispersé mercredi à l'aide de gaz lacrymogène une manifestation contre les tueries de samedi attribuées aux rebelles ougandais du groupe Allied Democratic Forces (ADF) à Beni (Nord-Kivu) dans l'est de la République démocratique du Congo, selon des sources concordantes.Vers 10h00 (8h00 GMT), des centaines de manifestants, tenant des bougies et des photos des victimes, convergeaient vers le rond-point Nyamwisi au coeur de Beni, lorsqu'ils ont été dispersés par la police, selon des témoins interrogés par l'AFP. «La police a dispersé les manifestants au rond-point Nyamwisi car ils n'avaient pas obtenu l'autorisation de manifester», a déclaré à l'AFP le chef de la police de Beni, le colonel Safari Kazingufu. «Nous avons fait usage exclusivement de gaz lacrymogène parce qu'il y avait de la résistance. Personne n'a été interpellé», a ajouté l'officier. A l'appel des organisations estudiantines, le mouvement Lutte pour le changement (Lucha) et la société civile, il était prévu d'allumer un grand feu en signe de deuil au coeur de Beni.Dimanche, une manifestation spontanée de colère avait obligé les autorités à suspendre temporairement les activités liées à la riposte contre l'épidémie d'Ebola signalée dans la région.

Dans une déclaration lundi, le président du parti historique d'opposition Félix Tshisekedi a déploré «un mutisme qui frise la complicité » de la part des autorités. «L'heure est venue de ne plus se limiter à pleurer nos morts et dénoncer les crimes (...). Il faut maintenant des actes concrets et efficaces» pour mettre un terme à ces attaques, a écrit, pour sa part, dans un communiqué le célèbre chirurgien congolais le Dr Denis Mukwege. Un mot d'ordre de grève générale de lundi à vendredi, pour dénoncer l'impuissance de l'armée congolaise et des Casques bleus de la mission de l'ONU, est suivi par la majorité des habitants de Beni. Les activités tournent aussi au ralenti dans la ville jumelle de Butembo distante de 54 km.Mystérieuse nébuleuse, les ADF sont tenues responsables du massacre de plus de 700 civils dans Beni et sa région depuis octobre 2014, en plus de la mort de 15 Casques bleus tanzaniens en décembre.Il s'agit historiquement d'un groupe ougandais musulman qui s'était déplacé en 1995 dans l'est du Congo pour combattre le président ougandais Yoweri Museveni.Après chaque attaque, il n'affiche ni leader ni revendication. Son affiliation à l'islamisme radical n'a jamais été établie.

Eric Mocnga Topona correspondant spécial à Bonn en Allemagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article