Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Cette information écrite par la journaliste Christelle et mise en ligne par la RTBF est tombée aujourd’hui mardi 18 septembre 2018.Il s’agit d’après Christelle Pire l’auteure de l’article d’une première opération à cœur ouvert effectuée par des médecins maliens.A Bamako, une nouvelle aile de cardiologie de l’Hôpital Mère-enfants le Luxembourg a été inaugurée le lundi 10 septembre. Construite grâce à l’association française la Chaîne de l’Espoir, elle permettra d’opérer au Mali les enfants atteints de pathologies cardiaques, qui devaient jusque là se faire soigner à l’étranger. A quelques minutes de l’opération, Fanta, tout sourire, fait une bataille de peluches avec son infirmier. De l’autre côté du couloir, les médecins maliens et français s’affairent dans le bloc opératoire flambant neuf, équipé d’un matériel de pointe, aux normes internationales. Du jamais vu dans un hôpital malien. L’heure est aux derniers réglages, avant que Fanta, six ans, ne soit enfin opérée d’une malformation cardiaque congénitale, diagnostiquée peu après sa naissance. « Je suis très contente que notre fille soit opérée ici plutôt qu’en France », confie Aminata Bah, la mère de Fanta. Les parents peuvent venir lui rendre visite : ici, on est tous ensemble, toute la famille.

Selon Christelle Pire, L’objectif de cette nouvelle aile de cardiologie, construite grâce à une généreuse donatrice privée, est d’éviter le long voyage de plusieurs semaines en France, à ces enfants qui souvent ne parlent pas la langue. « Cela permet aux enfants d’être opéré dans leur milieu naturel, assure le chirurgien malien Baba Ibrahima Diarra, et d’éviter le déphasage brutal, l’adaptation à un nouvel environnement. »Opérer sur place permet également de réduire les coûts : les opérations peuvent être « jusqu’à dix fois moins cher au Mali par rapport à la France », selon le fondateur de la Chaîne de l’espoir, Alain Deloche. Surtout, davantage d’enfants pourront être soignés. « L’hôpital le Luxembourg a diagnostiqué plus de 2500 enfants qui sont sur liste d’attente », explique Alice Authier, coordinatrice du projet. Evidemment ces enfants ne peuvent pas tous être envoyés en France pour être opérés. « La Chaîne de l’espoir faisait venir dans l’Hexagone une trentaine d’enfants par an, alors qu’une cinquantaine d’enfants pourront être opérés au Mali sur les quatre prochains mois, toujours gratuitement ».

Pour le moment selon toujours la même journaliste, les équipes françaises de l’association vont se relayer à Bamako, pour continuer de former les médecins et infirmiers maliens. Mais à terme, l’objectif est que les équipes locales opèrent de manière totalement autonome. « Notre stratégie est simple : bâtir, équiper, et former »,martèle Alain Deloche.Un transfert de compétences déjà expérimenté, au Sénégal ou en Afghanistan par exemple, où la Chaîne de l’espoir a déjà construit des hôpitaux. En revanche, l’association française devrait rester présente au Mali pour le financement, car jusqu’à aujourd’hui, aucun soutien local n’a encore été trouvé, pas même du côté du gouvernement malien.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article