Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Dans sa publication de samedi 08 septembre, RTBF et ses Agences ont rapporté que le photojournaliste égyptien Mahmoud Abdel Shakour Abouzied alias Shawkan vient d’écoper de 5 ans de prison. En mai dernier, il avait été distingué en recevant le prix de la liberté de la presse de l’UNESCO. Un élan de solidarité de nombreuses associations s’est constitué pour le faire sortir de la  prison. Le photojournaliste avait été inculpé en août 2013 pour avoir pris des clichés d’une manifestation de soutien à l’ex-président islamiste Mohamed Morsi, sévèrement réprimée dans le sang. Des soldats et policiers avaient tué par balles plus de 700 manifestants pro-Morsi lors de cette manifestation du 14 août 2013, en faisant évacuer la place Rabaa al-Adawiya et une autre du centre de la capitale. Shawkan était poursuivi pour « meurtre, tentative de meurtre et appartenance à un groupe terroristes ». Il risquait la peine de mort. Actuellement âgé de 30 ans, le photojournaliste sait à présent qu’il devrait sortir de la prison sous peu après plus de cinq ans d’incarcération sans jugement. Souriant dans le box des accusés, Shawkan a fait le « V » en signe de victoire à la vue des journalistes. Selon l’avocat Me Abdelrady, la peine prononcée à l’encontre de Shawkan, est toutefois « injuste parce qu’il n’a fait que son travail ». L’avocat  a promis samedi devant la presse qu’il allait lancer de nouvelles procédures pour faire reconnaitre l’innocence de son client. De nombreuses associations parmi lesquelles Reporters sans frontières (RSF), Amnesty International avaient activement milité pour sa libération.

Le secrétaire général de RSF s’est dit « soulagé » de la perspective de sa remise en liberté dans un meilleur délai. Les réseaux sociaux ont fait circuler des photos de lui prises derrière les barreaux, les mains devant le visage faisant mine de tenir un appareil photo, le tout accompagné des appels à le libérer. Par ailleurs, le tribunal de Caire a confirmé samedi les condamnations à mort de 75 personnes dont les dirigeants des Frères musulmans, figurant parmi les 713 personnes arrêtées concernant la même affaire. Parmi les 75 personnes condamnées, 44 étaient présentes samedi et 31 ont été condamnées par contumace. Ils ont encore la possibilité d’interjeter appel. Après le prononcé du verdict samedi, Amnesty International a réagi dans un communiqué dénonçant des peines de mort « lourdes ». « Aucun policier n'a  été mis en cause pour le meurtre d'au moins 900 personnes », lors des manifestations d'août 2013, ajoutant que le procès de samedi n'était qu'une "moquerie" où Shawkan a été « condamné à cinq ans simplement pour avoir fait son travail ».

La Rédaction

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article