Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Dans sa publication de dimanche 16 septembre, le site RTBF rapportant l’agence Belga donne l’information selon laquelle, au Brésil, le candidat de l’extrême droite, Jair Bolsonaro à la présidentielle d’octobre prochain, victime d’une agression à l’arme blanche et admis à l’hôpital, il y a dix jour, a quitté dimanche, le service de soins intensifs de l’hôpital israélite Albert-Einstein de Sao Paulo. Agé de 63 ans, monsieur Bolsonaro  qui fait la course en tête dans les sondages, avait subi une deuxième opération d’urgence mercredi soir, et se repose à présent «dans une unité de soins semi-intensifs», selon des sources hospitalières.

Le candidat de l’extrême droite avait failli se faire tuer le 6 septembre dernier alors qu’il prenait un bain de foule à Juiz de Fora, dans le Minas Genais (sud-est), un individu l’avait poignardé au ventre occasionnant une perte de plus de deux litres, soit 40% de son sang. Son intestin avait été perforé à plusieurs endroits, ce qui a nécessité une opération d’urgence dans un hôpital tout proche, avant qu’il ne soit transféré à Sao Paulo le lendemain. Après avoir quitté mardi, dans un premier, l’unité de soins intensifs, où il avait subi une opération, il y était retourné mercredi, pour être opéré de nouveau à cause d’une «occlusion de l’intestin grêle » provoquée par une « bride intestinale». Selon un communiqué de l’hôpital rendu public dimanche, l’état de santé de monsieur Bolsonaro présenterait «une bonne évolution clinique, sans fièvre », mais qu’il était toujours alimenté «exclusivement par intraveineuse ».

A l’approche imminente du premier tour de la présidentielle, aucune précision n’est disponible concernant la durée de son hospitalisation, qui était, au départ fixée à dix jours après l’attaque, mais cela devrait probablement se prolonger en raison des dernières complications survenues. «Dieu est aux commandes », était le message visible samedi sur son compte Twitter accompagné d’une photo de lui le montrant assis sur son lit d’hôpital, les yeux fermés, dans la pénombre. Ex-capitaine de l’armée brésilienne, Jair Bolsonaro est un récidiviste des dérapages racistes et homophobes qui ne cesse de magnifier la dictature militaire ayant régné entre 1964 et 1985. Les derniers sondages publiés vendredi par l’insitut Datafolha, le crédite de 26% des intentions de vote.  

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article