Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

C’est l’agence Belga qui donne l’information datant de mercredi 19 septembre, selon laquelle la psychose s’est emparée des populations à cause des fraises piégées aux aiguilles à coudre. Le premier ministre n’a pas tardé à réagir en assimilant le sabotage des fraises australiennes à l’aiguille à coudre, à un acte « terroriste ». L’affaire a semé une véritable panique dans l’île-continent, le reconnait le premier ministre Scott Morrison. Ce dernier a invité les Australiens à confectionner des gâteaux à la fraise pour soutenir les maraîchers en détresse. Il a également revendiqué un durcissement de la législation pour porter à quinze ans la peine encourue par les auteurs de contamination alimentaire. Une vingtaine de barquettes de fraise dans lesquelles été placées des aiguilles à coudre ou épingles ont été découvertes à travers l’Australie, propageant la panique.

Etant donné la gravité du phénomène, les supermarchés ont rappelé les barquettes, des productions ont saccagé leurs récoltes et mis leurs employés au chômage technique. En Nouvelle-Zélande, certains magasins sont allés jusqu’à suspendre la vente de fraises australiennes en vrac. «On ne rigole pas », a affirmé M. Morrison dans un discours télévisé. «Ce n’est pas du tout acceptable dans ce pays », a-t-il poursuivi, qualifiant l’auteur de «lâche » et de «larve ». En durcissant la législation, ce type de crime serait comparable «à des choses comme la possession d’images pédophiles et le financement du terrorisme. C’est vous dire combien je prends l’affaire au sérieux », a indiqué le chef du gouvernement. «Recommencez à acheter des fraises comme auparavant, et prenez simplement les précautions qu’il faut. Faites un (pavlova, dessert à base de meringue) ce week-end et mettez-y des fraises », a-t-il proposé. La police a laissé entendre mardi qu’elle serait toujours à la recherche de la contamination. Elle devrait annoncer mercredi, l’augmentation de la récompense offerte à toute personne susceptible de fournir des informations pertinentes.

Moussa T Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article