Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

L'Union africaine a jugé «crucial» lundi 06 août 2018 «le respect scrupuleux des droits et libertés de tous les Congolais » pour un « scrutin véritablement inclusif», à deux jours de la date-butoir du dépôt des candidatures à l'élection présidentielle, et après les deux tentatives de retour de l'opposant Moïse Katumbi empêché par les autorités. «A cette étape décisive du processus électoral, le président de la Commission réitère la nécessité pour l'ensemble des acteurs concernés (...) de tout mettre en œuvre pour un scrutin paisible, transparent et véritablement inclusif », déclare dans un communiqué le président de la Commission de l'Union africaine, le Tchadien Moussa Faki Mahamat,d’après la publication de l’AFP de ce lundi 06 août 2018.« Il est crucial, de ce point de vue, d'assurer le respect scrupuleux des droits et libertés de tous les Congolais (...) ainsi que de mettre en œuvre des mesures de décrispation appropriées pour crée un environnement propice à une compétition électorale équitable», ajoute-t-il.

Le président «note avec satisfaction la réaffirmation par le président Kabila, lors de son message à la Nation du 19 juillet 2018, de la tenue des élections à la date prévue et de son engagement concernant le respect de la Constitution». Depuis, monsieur Kabila est resté muet sur ses intentions à deux jours du 8 août, date limite du dépôt des candidatures à l'élection présidentielle. Il ne peut pas se représenter d'après la Constitution. L’un de ses principaux adversaires, son ex-allié Moïse Katumbi, est venu vendredi et samedi à la frontière zambienne de la République démocratique du Congo d'où il affirmait vouloir rentrer pour déposer sa candidature avant l'échéance du 8 août à 16h30. Monsieur Katumbi a été vu vendredi dans les installations des services zambiens de l'immigration à Kasumbalesa par un journaliste de RFI. Du côté congolais, la frontière était fermée et les forces de sécurité étaient déployées, affirment monsieur Katumbi et son entourage. La présence des forces de sécurité est confirmée par de nombreux témoins.« Des personnes l'ont vu à Kasumbalesa mais pas au poste frontalier avec la RDC», a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement Lambert Mende.

Eric Mocnga Topona, correspondant spécial à Bonn en Allemagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article