Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le correspondant de l’AFP à Washington a relayé le mercredi 1er août, le coup de gueule de Donald Trump qui demande à son secrétaire de la justice Jeff Sessions de mettre fin à l’enquête menée par le procureur spécial Robert Mueller sur l’ingérence russe dans la présidentielle de 2016, qui continue de secouer sa présidence. Donald Trump est passé à l’offensif en indiquant que l’enquête est minée par les conflits d’intérêts du procureur Robert Mueller et manipulée par ses adversaires politiques. Donald Trump s’est fondu d’un Tweet dans lequel  il demande à Jeff Sessions de «mettre fin à cette chasse aux sorcières truquée, avant qu’elle ne salisse un peu plus notre pays». Il n’échappe à aucun américain que Robert Mueller a été désigné pour conduire l’enquête sur une possible collusion entre Moscou et l’équipe de campagne du candidat Trump en 2016.

Celui qui a gagné l’élection présidentielle depuis lors, s’en prend régulièrement contre cette investigation qui a permis au procureur spécial de poursuivre quatre membres de son ancienne équipe de campagne, pour des délits qui ne sont pas directement liés à l’enquête en cours. Le procès de Paul Manafort, inculpé pour fraudes et blanchiment d’argent, a commencé mardi dans la banlieue Washington. Les faits qui lui sont reprochés sont antérieurs, sont antérieurs à 2016 mais ils ont été mis au jour grâce à l’enquête Mueller. Le président Trump s’est emporté dans un tweet contre son ancien directeur de campagne : «Il a travaillé pour moi très peu de temps. Pourquoi le gouvernement ne m’a pas dit qu’il était la cible d’une enquête. Ses anciennes accusations n’ont rien à voir avec la Collusion ». Au fil de temps, le président américain semble confirmer la stratégie d’attaques frontales contre le procureur spécial. Jeff Sessions n’est peut rien faire contre l’enquête puisqu’il était lui-même un responsable de la campagne de 2016, ce qui l’a obligé de transférer ses pouvoir sur ses dossiers à son adjoint Rod Rosenstein.

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article