Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

C’est le site BBC qui publie le 03 août, l’information selon laquelle l’Union européenne n’est pas rassurée par le climat sociopolitique de plus en plus conflictuel, surtout depuis le grand congrès ayant consacré le parti unifié RHDP sans l’aval du PDCI-RDA d’Henri Konan Bédié. Cette inquiétude  découle de la situation politique et sociale ivoirienne qui a été traitée dans un rapport dressant le contraste entre la réussite économique et la crise sociopolitique en Côte d’Ivoire. Il est ouvertement question de « dérive autoritaire » du pouvoir Ouattara, de la corruption qui gangrène plusieurs secteurs économiques, des flagrantes inégalités sociales et d’une forme de clientélisme au plus haut sommet de l’Etat. S’agissant du taux de croissance, il s’établit à 8% par an en moyenne depuis 2011, et le pays affiche un taux de pauvreté record de 46% en 2015, un taux supérieur à celui qu’affichait la Côte d’Ivoire au lendemain de son indépendance. «La Côte d’Ivoire affiche l’image rassurante d’une stabilité retrouvée, portée par des taux de croissance élevés ».

Toutefois, «les indicateurs sociaux stagnent » à tel point que «la population s’interroge de plus en plus ouvertement sur cette croissance qui ne lui semble pas ou peu bénéfique », s’alarment les ambassadeurs de l’UE dans ce rapport commun rédigé début juillet. Alors que les Ivoiriens se disent oublier, une nouvelle bourgeoisie s’est émergée et affiche une richesse insolente amassée en moins d’une dizaine d’années sur fond de «scandales de corruption de passation de marché de gré à gré». Et pourtant les Ivoiriens croulent sous des difficultés économiques qui les conduisent à interpeller le pouvoir mais «face à ces difficultés, les autorités se montrent hermétiques aux critiques internes et externes, et semblent désireuses de ne laisser aucun lieu de pouvoir échapper», selon le même rapport de l’UE. Malgré la main mise de l’Etat sur les médias d’Etat, les réseaux sociaux servent de tribune aux nombreux Ivoiriens frustrés quotidiennement.

Le RDR et son principal allié, le PDCI sont au bord de l’implosion depuis l’instauration du parti unifié. Une guerre ouverte s’est installée entre les deux camps, si bien que les cadres du PDCI parlent désormais d’un harcèlement politique en pointant du doigt le président Ouattara. Le RHDP, longtemps «annoncé comme la solution à l’instabilité passée» est de plus en plus vu «comme une manière pour la Coalition au pouvoir de s’assurer une réélection systématique». On voit bien la posture du gouvernement qui cherche «les éventuels mouvements d’opposition » afin de les reléguer «à la périphérie du jeu politique. Ces calculs politiques sont sources d’inquiétude d’autant plus que dans un contexte socio-économique déjà tendu à l’approche des élections de 2020 d’où l’appel au dialogue sollicité par les rédacteurs dudit rapport. Selon les Chefs de Mission de l’UE, le constat dressé doit inciter «à une réflexion sur le soutien de l’UE à la Côte d’Ivoire ». La Côte d’Ivoire devrait compter sur l’appui de l’UE, dont le soutien s’élève à 273 millions d’euros pour la période  2024-2020.

DP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article