Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

L’ex-président Lula a été choisi par le parti des Travailleurs (PT) pour défendre ses couleurs lors de la présidentielle d’octobre prochain, comme le publient RTBF avec Agences ce jour jeudi 16 août 2018. C’est un pari très risqué qui met également au défi le pouvoir central de Brasilia. «C’est officiel ! Lula est le candidat du Parti des Travailleurs à la présidence de la République », a annoncé le PT sur son site, quoique la candidature de l’icône de la gauche brésilienne ne puisse être que toute symbolique. Il ne fait aucun doute que sa candidature sera retoquée par le TSE pour la simple raison qu’il purge depuis avril dernier, une peine de plus de 12 ans de prison pour des faits de corruption et blanchiment d’argent. Selon une loi électorale brésilienne, toute personne condamnée en appel devient inéligible, ce qui est bien le cas de celui qui incarne l’espoir de la gauche et est incarcéré à Curitiba (sud).

L’acte de dépôt de candidature contenu dans un document, a été exhibé à la presse par la présidente du PT Gleisi Hoffmann, quelques heures avant l’expiration du délai légal. «Aujourd’hui est un jour très important. Nous sommes venus enregistrer la candidature du camarade Lula malgré tout ceux qui ne voulaient pas que cela arrive », a clamé la présidente du parti devant quelque 10 000 militants de gauche ayant fait le déplacement du TSE, au cœur de Brasilia. Celui qui a été chef de l’Etat durant deux mandat (2003-2010) clame son innocence et se dit victime d’un acharnement politique destiné à l’écarter de la présidentielle pour briguer un troisième mandat. Une douzaine de candidats devraient également faire acte de candidature avant minuit pour le scrutin d’octobre prochain. Les observateurs s’accordent à dire que l’issue de la prochaine présidentielle s’avère incertaine, puisque la population est globalement désabusée, voire écœurée par la politique. Dans les enquêtes d’opinion, Lula fait la course en tête, suivis respectivement du député d’extrême droite Jair Bolsonaro (PSL), de l’ex-gouverneur de Sao Paulo Geraldo Alckmin (PSDB, centre droit) et de l’écologiste Marina Silva.

 

Des militants de gauche venus de l’intérieur, qui se sont convergés la capitale Brasilia, se sont retrouvés devant le TSE, scandant : «Urgent ! Brésil, Lula président ! », en arborant le portrait de Lula sur leurs tee-shirts, ou se couvrant le visage d’un masque de leur champion. En cas de rejet de la candidature de Lula, le PT devrait battre campagne pour son probable joker, l’ex-maire de Sao Paulo Fernando Haddad, au scrutin présidentiel des 7 et 28  octobre. De nombreux analystes estiment que c’est un pari très risqué. C’est aussi l’avis du politologue Thiago Vidal, des Consultants Prospectiva, qui a déclaré à l’AFP, ce n’est rien de moins que « l’avenir du PT comme principale force de centre gauche qui se joue avec une telle stratégie ». Beaucoup considèrent que « ce serait difficile pour Haddad de remporter cette élection » alors que Lula demeure le seul grand leader de la gauche brésilienne, sans successeur adoubé et que le report des voix sera loin d’être automatique. Le PT a déjà subi une série de revers avec la destitution en 2016 de Dilma Rousseff et des municipales catastrophiques dans la foulée.

M.T.Y

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article