Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Les noirs  sud-africains ne décolèrent pas contre l’ANC qui fait tout pour se rattraper en voulant exproprier les terres agricoles majoritairement détenues par les fermiers blancs, au moyen d'une modification constitutionnelle. C’est le site BBC qui en fait écho dans sa publication de jeudi 02 août dans laquelle la question de l’accès aux terres agricoles  en Afrique du Sud est considérée comme un sujet sensible pour le pouvoir post-Apartheid en place depuis 24 ans. Les noirs qui estiment avoir été illégalement expropriés, attendent depuis de nombreuses années d’obtenir réparation, envisagée comme solution pour favoriser l’accès à la terre en particulier dans les zones rurales de l’Afrique du sud. Le président Cyril Ramaphosa ne s’interdit plus cette option à la lumière de ses dernières déclarations sur ce sujet épineux.

 L’ANC entend procéder à une modification constitutionnelle pour donner un coup d’accélérateur à l’expropriation sans compensation des terres arables et leur redistribution en faveur de la communauté noire pauvre du pays. «L’ANC va finaliser, via le processus parlementaire, une proposition d’amendement à la Constitution qui décrit de façon claire les conditions dans lesquelles l’expropriation des terres sans dédommagement peut être effectuée », a déclaré Cyril Ramaphosa. Le président Ramaphosa a tenu à rappeler lors d’une allocution télévisée mardi soir, la position de son parti en assurant que ce changement pourrait « débloquer la croissance économique ». Les fermiers blancs contrôlent encore 73% des terres arables, les plus productives d’Afrique du Sud. « Il devient évident que notre peuple veut que la Constitution soit plus explicite à propos de l’expropriation des terres sans dédommagement », a insisté le président. C’est un sujet explosif qui divise particulièrement les Sud-africains. L’exemple de projet d’expropriation des terres sans dédommagement  expérimenté par le Zimbabwe, a été un véritable fiasco. Pour certains, ce n’est rien d’autres qu’un projet aux visés électoralistes, une façon pour l’ANC de redorer son blason sérieusement terni depuis le décès de Nelson Mandela. Pourtant, le président veut convaincre que « l’intention de cet amendement est de promouvoir la réparation, de faire progresser le développement économique et d’accroître la production agricole et la sécurité alimentaire ».

 Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article