Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Imposer les sans-emplois et les chômeurs: le per capita colonial remis au goût du jour par le MPS et une voie royale ouverte aux abus et exactions de toutes sortes. En 1966, une jacquerie paysanne a éclaté à Mangalmé, dans le Guéra. Motif: le prélèvement anarchique de l'impôt per capita et des impôts sur les cheptels d'animaux d'élevage. Savamment récupéré par le Frolinat, cet événement qui a coûté la vie à une douzaine de fonctionnaires de l'administration tchadienne et entraîné des représailles sévères et mortelles sur plusieurs villages du Guéra, sera dans l'histoire du Tchad, présenté comme le départ organisé et officiel de la rébellion Nordiste contre un pouvoir oppresseur Sudiste. Depuis 1979, avec le GUNT, l'UNIR et le MPS, ce sont trois régimes issus du Frolinat qui se sont succédé à la tête du Tchad.A-t-on jamais remarqué qu'il y'eut plus de justice sociale? Les régions du Nord sont-elles mieux gérées avec moins d'impôts et moins d'exactions? Il y a-t-il une seule région du Tchad épargnée par une insécurité permanente, rampante et multiforme? Le népotisme tant décrié s'est-il jamais atténué? Mais, sérieusement: les communautés du Nord: du Guéra, du Salamat, du Batha, du Ouaddaï, du Wadi Fira, du BET, etc sont elles bien plus prospères que tu temps de Tombalbaye?

De l'opération Or, au rétablissement de l'impôt per capita; de la géopolitique par élimination physique et discrimination dans l'accès aux fonctions de l'État au Népo-Itnotisme, en passant par un régionalisme instauré en mode de gouvernance, aux rabattements intempestifs des salaires et l'excessive cherté de la vie, les Tchadiens ont-ils bénéficié d'une plus grande justice sociale? Si l'injustice sociale, les recouvrements injustes des impôts, les exactions contre les populations civiles par les forces publiques de l'ordre, ont été les véritables causes des mécontentements et soulèvements des populations du Nord qui ont dégénéré et donné naissance aux rébellions, alors toutes les exacerbations que ces facteurs confligènes ont connu depuis 40 ans ne sont-elles pas mille raisons de débouter dehors ce régime qui ne fait de cadeau à personnes sauf à quelques centaines ou milliers d'individus qui vivent du système? Des impôts, taxes, recels, extorsions, spoliations... des pratiques, sports préférés du régime qui fait de la totale prévarication son fond de commerce, les Tchadiens n'en ont-ils pas assez? Ce NIF sur les majeurs, recensés pour être imposés, même sans emploi, même chômeurs n'est-il pas l'impôt de trop? À moins que ceux de Mangalmé et du reste des foyers frolinistes en soient épargnés, n'est-ce pas une bonne raison pour vérifier la justesse d’un axiome: «  les mêmes causes produisent les mêmes effets? »

Contribution spéciale de Nadjikimo Benoudjita,l’ancien Directeur de Publication du journal tchadien Notre Temps avec l’appréciation de la Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article