Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

C'est une affaire comme on ne peut en voir que dans ce pays. Un gouverneur, haut représentant de l'exécutif qui ordonne à des gendarmes de tirer pour abattre des justiciables et leur avocat, au sortir d'un procès régulier de justice. L’affaire a provoqué la colère des avocats et des magistrats. Mais l'exécutif, des semaines durant, est resté imperturbable, indifférent. La suspension puis la révocation de Chafardine de son poste de Gouverneur du Logone Oriental a été la conséquence de plusieurs semaines de grève des avocats du barreau tchadien, mais aussi de l'ensemble du corps des magistrats, solidaires. Une affaire ayant fait des vagues, puisqu'en représailles de cette arrestation jugée inadmissible par la caste des intouchables au pouvoir, des justiciables en cours de procès ont été abattus et le magistrat, un procureur qui officiait au de ce procès et visé par cette vendetta, a failli y laisser sa peau. Ahmat Chafardine Noukourny qui n'en était pas à un coup d'essai, sous les pressions des manifestants et probablement des chancelleries ayant jugé les scénarios inadmissibles, a été obligé de se soumettre à un simulacre de procès où, il s'était rendu, souriant et décontracté en descendant de sa V8 rutilante.

Qu'à cela ne tienne, en instance, lui et ses acolytes ont été condamnés entre 3 à 5 ans de prison ferme. Victoire! Nul n'est au dessus de la loi! Avaient tôt fait de crier, ces naïfs ou, bien plus triste et pitoyable tableau, ces désespérés qui obstinément, s'accrochent comme des naufragés à leur dernière bouée de sauvetage, qu'ils espèrent être la justice Tchadienne. Erreur, en quelques semaines, moins de deux mois en tout cas, l'ex gouverneur du Logone Oriental et ses complices et hommes de mains, ont vu leur peine allégée à 2 ans de prison avec sursis, et à une ridicule amende de 500 000 F CFA, qu'ils ne payeront d'ailleurs jamais. Au Tchad de Idriss Déby Itno, il n'y a ni crimes, ni châtiments pour ceux issus de son entourage familial, ethnique et tribal. Crimes économiques, crimes individuels ou collectifs contre des individus ou groupes d'individus, jamais, au grand jamais, les proches des Itno, ne sauraient être le moindrement inquiétés.

 S'il y a quelques vagues, pour calmer les humeurs et amuser la galerie de l'opinion internationale, on fait des gesticulations judiciaires et l'on énonce les mêmes rengaines politiques: « Insécurité zéro! Nul n'est au dessus de la loi au Tchad! »Le temps de l'apaisement, puis terminé. Les récidivistes intouchables sont dehors, narguant leurs victimes, souvent promus aux mêmes postes d'où ils étaient momentanément déchus, ou à des situations plus « juteuses » pour services rendus. Parce que, pour ceux qui l'ignorent, des individus, criminels patentés de leur état, comme ce Chafardine, c'est Idriss Déby Itno et son conseil familial de gouvernement occulte, qui les choisissent et les nomment à dessein, à des postes où leur rôle est de mater. Oui, traiter ceux qu'ils gouvernent comme du bétail, briser en eux, toute velléité d'expression de la moindre aspiration à être libre, digne et respecté. Des Chafardine, Des Teguen, des violeurs de Zouhoura, des bourreaux de la DDS élargis, ça coure les rues de N'Djamena et de toutes les villes du Tchad, non pas à pied, ni à dos de chameau, mais à bord de V8 ou de Artop. Les gémissements des Tchadiens ne les empêcheront jamais de dormir et de sévir, encore et encore pour servir leur maître.

Contribution spéciale de Nadjikimo Benoudjita ,ancien D.P du journal tchadien Notre temps

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article