Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le parti MLC de Jean-Pierre Bemba a annoncé le retour de son leader pour le mardi 31 juillet en RDC, où il compte se présenter à l’élection présidentielle prévue le 23 décembre prochain. Acquitté par la Cour pénale internationale (CPI), monsieur Bemba milite pour une candidature unique de l’opposition. «Si nous voulons un nouveau régime dans ce pays, nous devons passer par une unité, un seul candidat au niveau de l’opposition, et je milite pour qu’il y ait qu’un seul candidat au niveau de l’opposition, et bien sûr si ce n’était pas moi, je supporterai le candidat qui sera désigné par l’opposition, ça c’est clair », a annoncé l’ex-vice président congolais. Son probable retour au pays coïncide étrangement avec le silence radio de Kabila sur ses intentions et l’ouverture mercredi dernier de dépôt des candidatures à la présidentielle, ce jusqu'au 8 août.

 

 C’est dans ce contexte agité que le site RTBF citant l’agence Belga a publié vendredi 27 juillet, l’information selon laquelle les pro-Kabila ont mis en cause l’éligibilité de l’ex-chef de guerre congolais pour faire acte de candidature à l’élection présidentielle. Ils estiment que Jean-Pierre Bemba «pourrait tomber sous le coup de l’article 10 de la loi électorale » stipulant que les personnes condamnées pour corruption sont inéligibles,  a affirmé le porte-parole de la majorité présidentielle (MP) Alain Atundu devant la presse. Celui-ci souhaite que le leader du  MLC s’engage « par une déclaration solennelle » à ne pas se présenter « s’il s’avérait qu’il se trouvait dans un cas d’inéligibilité prévue par la loi électorale ». Agé de 55 ans, Jean-Pierre Bemba a été condamné en première instance, à 18 ans de prison pour crime contre l’humanité par la CPI, mais la Cour d’appel de la même juridiction internationale l’a acquitté et remis en liberté provisoire conditionnelle. Cependant, il a été aussi condamné en mars 2017 dans une autre affaire annexe pour subordination de témoins. «Une corruption de témoins », selon Alain Atundu. Cinq ans de prison avaient été requis par le procureur, début juillet, dans cette affaire annexe. La date du verdict n’est pas encore connue. Jean-Pierre Bemba a l’obligation se signaler à la CPI, tout changement d’adresse. Le gouvernement congolais lui a délivré un passeport diplomatique en sa qualité de sénateur dans son pays. Joseph Kabila qui ne devrait pas se présenter à la prochaine élection, continue à entretenir le mystère, ce qui alimente les débats et les rumeurs les plus improbables.

DP.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article