Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Près de 90 millions d’électeurs mexicains sont appelés aux urnes  aujourd’hui dimanche 1er juillet 2018 pour voter les candidats de leur choix dans le cadre des élections générales. Plusieurs postes seront soumis à l’arbitrage des citoyens dont celui de la présidence du Mexique. Crédité 25 points de plus dans les derniers sondages avant la confrontation, le candidat de gauche Andres Manuel Lopez Obrador est bien parti pour ravir le fauteuil présidentiel à Enrique Pena Nieto, le candidat du Parti de la révolution institutionnelle (PRI) au pouvoir depuis 2012. En cas de victoire de celui qui se fait surnommer AMLO, ce sera la première fois que la gauche accède aux responsabilités dans cet immense pays de l’Amérique latine. L’Agence Belga new indique le vendredi 29 juin que c’est le candidat de gauche qui part largement favori en cette fin de campagne électorale au Mexicaine. AMLO a organisé son dernier meeting de campagne dans l’immense Stade aztèque de Mexico entouré par des dizaines de milliers de partisans conquis et survoltés.

Au dernier de la campagne, il a profité pour réitérer son principal thème de campagne, qui est l’engagement d’éradiquer la corruption et d’affronter la violence : «J’ai une ambition, je l’admets. Légitime. Je veux être un bon président pour le Mexique». C’est l’extase et l’apothéose pour les 80 000 supporters de Lopez Obrador venus pour communier avec leur candidat et fêter avant l’heure tellement la victoire paraît acquise. L’ancien maire de Mexico se présente pour la troisième fois à l’élection présidentielle, mais jamais il n’avait été crédité d’un sondage aussi favorable. C’est le seul à incarner l’espoir de changement pour beaucoup de Mexicains. Une chorégraphe de Mexico nommé Anaï a décidé d’aller voter pour la première fois, pour Lopez Obrador : «Je ne crois pas que c’est lui qui va tout changer, mais il représente beaucoup pour les gens. C’est comme une première porte qui s’ouvre pour commencer à changer les choses. Ce n’est pas une seule personne qui fera tout le travail, il devra continuer à écouter les voix de tous les Mexicains ».Nombre des Mexicains déçus voire désabusés par les deux partis conservateurs ayant dirigé tour à tour le pays, voient en Lopez Obrador un homme obsédé par la justice sociale qui les aidera à sortir du cycle infernal de violence et de corruption. Selon le journaliste et historien, Leonardo Curzio, les Mexicains sont en quête d’un leader fort dans l’adversité : «Il y a cette culture traditionnelle mexicaine qui croit qu’il est un homme fort, un homme qui représente le pays, une culture héroïque. Le peuple a confiance en Lopez Obrador, et il a développé ce langage particulier, il est perçu par une tranche importante de l’opinion publique comme un homme très proche, très intelligent ». Le candidat de gauche se fixe comme objectif la transformation du pays pacifique mais radicale. Il promet d’arracher les racines du vieux régime corrompu et lance, comme une invitation à tout le stade, le slogan de sa campagne : «Ensemble, nous allons faire l’histoire ».

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article