Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Condamné à perpétuité par les juges de la CPI en première instance, l’ex-chef militaire des Serbes bosniaques Ratko Mladic a violemment critiqué mardi l’Otan qu’il accuse d’avoir  «détruit » son pays lors d’une audience préliminaire de son procès en appel à la Haye, comme l’indique le site RTBF citant l’AFP dans sa publication de mardi 10 juillet 2018. Il a également déploré devant le juge onusien le fait qu’il ne sentait «pas bien » en prison. Le condamné âgé de 75 ans révolus, a fait appel de son jugement en première instance, prononcé en novembre par le tribunal pénal pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) pour son implication directe pendant la guerre en Bosnie entre 1992 à 1995. Une guerre meurtrière qui a fait périr plus de 100 000 personnes et entraîné 2,2 millions de déplacés, a fini par rattraper Ratko Mladic, plus de vingt ans après. Il a été reconnu coupable de dix chefs d’accusation, dont le génocide de Srebrenica qui s’est soldé par le massacre de 8 000 hommes et garçons musulmans tués en 1995.

Surnommé le «Boucher des Balkans » pour ses actes de cruauté, l’ancien militaire serbe qui n’a exprimé aucun signe de culpabilité ni de regret, a également été jugé coupable de l’enlèvement d’employés des Nations unies et du siège de Sarajevo, long de 44 mois, pendant lesquels 10 000 personnes ont sauvagement été liquidées. «Je me défends moi-même contre l’Otan qui a détruit mon pays et ma santé », a déclaré Ratko Mladic avant de se défaire de sa veste pour montrer sa chemise portant l’inscription Otan avec le pouce dislike de Facebook en dessous. La fin de la guerre en Bosnie a été principalement l’œuvre de l’Alliance atlantique qui a joué un rôle principal en menant des frappes aériennes contre les positions serbes en 1995. Cette alliance a également déployé une force du maintien de la paix à l’issue de la signature des accords de Dayton. «Je pense que c’est un faux tribunal, je ne le reconnais pas », a-t-il ajouté en sollicitant la révocation du juge Theodor Meron du mécanisme pour les tribunaux internationaux (MTPI, l’Organisme chargé d’achever les travaux des tribunaux pénaux internationaux pour le Rwanda (TPIR) et du TPIY).

Ratko Mladic s’est une nouvelle fois dénoncé son état de santé en constante détérioration. «Ma santé s’est brusquement détériorée en 2008, j’ai eu beaucoup de problèmes et plusieurs crises cardiaques. Elles n’ont pas été enregistrées », a-t-il avoué. Son avocat Dragan Ivetic a attiré l’attention du juge en insistant sur le fait que son client souffrait d’un «rythme cardiaque irrégulier » et « risquait » un arrêt cardiaque subi ». Le juge Meron a réagi : «Je tiens à vous assurer que nous prenons très au sérieux les plaintes relatives aux questions de santé ». Le président serbes, Radovan Karadzic et l’ancien chef militaire Mladic ont été jugés coupables et condamnés par le TPIY pour leur rôle dans la guerre qui a suivi l’éclatement de la Yougoslavie après l’effondrement du bloc communiste au début des années 1990. En 2006, le président Serges Milosevic a succombé de mort naturelle à l’âge de 64 ans, avant la fin de son procès pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article