Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

"Les membres du Conseil de sécurité et du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine se sont déclarés préoccupés par la détérioration continue de la situation sécuritaire et humanitaire en République Démocratique du Congo. Tout en prenant note des principaux jalons du processus électoral, ils se sont inquiétés des défis qui subsistent pour renforcer la confiance dans le processus. Ils ont appelé tous les partis politiques, leurs partisans et les autres acteurs politiques à rester attachés à l'Accord du 31 décembre 2016, qui est la seule issue viable de la situation politique actuelle", déclaration attribuée aux deux instances précitées des institutions internationales, notamment  l'Union africaine et l'ONU.

Publié depuis hier vendredi 20 juillet 2018 par le journaliste Eric Mocnga Topona sur son espace Facebook et visible d'autres réseaux sociaux, il s’agit toujours de la République Démocratique du Congo (RDC) et surtout du refus de Joseph Kabila Kabange de quitter le pouvoir, alors qu’il n’a plus le droit de briguer un troisième mandat présidentiel, selon la Constitution de ce pays. Une telle situation politique eut amené depuis plusieurs années l'Eglise catholique, via la Conférence épiscopale (Cenco) à soutenir le processus démocratique pendant que l'opposition démocratique et le pouvoir en place dirigé par le jeune Joseph Kabila, chacun campe sur ses positions. Un dialogue des sourds est né et le désordre a élu domicile sur l’ensemble du territoire de la RDC.

Aucun jour ne se passe finalement sans que les médias nationaux et internationaux ne diffusent des nouvelles d’assassinats odieux ou autres actes malsains et sanguinaires attribués soit au gouvernement de Kabila et son armée, soit aux milices populaires des vrais contestateurs et hors-la-loi. Le peuple congolais est pris dans une tenaille meurtrière. Face à cette absence ou retard des vraies solutions pouvant ramener la paix dans ce grand pays francophone le conseil de Sécurité des Nations Unies et celui de la Paix et de Sécurité de l’Union africaine, tous les deux eurent décidé de sortir un communiqué de presse conjoint relatif donc à ce statu quo politique ou cette situation figée ne profitant qu’aux voyous de la République. Par exemple le jeudi 19 juillet 2018, Joseph Kabila s’est adressé à son peuple, mais d’après les observateurs et les médias indépendants, il a parlé dans le vide et finalement les Nations Unies et l’Union africaine eurent décidé pour leur part de camper sur leurs positions. En effet, d’après toujours la presse congolaise et internationale sans oublier les observateurs indépendants, l’attachement à l’accord du 31 décembre 2016, reste la seule issue viable de la situation politique actuelle dans ce pays.D’ailleurs tout est dit dans ce communiqué de presse ci-dessous conjoint des membres du Conseil de Sécurité des Nations Unies et  le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union africaine de ce jeudi 19 juillet 2018.

«Les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies et du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine ont tenu leur douzième réunion consultative annuelle à New York le 19 juillet 2018.Les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies et du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine ont discuté des questions de paix et de sécurité en Afrique, en particulier des situations au Soudan du Sud et en République démocratique du Congo. Ils ont saisi l'occasion de la réunion informelle tenue en marge de la réunion consultative conjointe pour échanger leurs points de vue sur les réformes institutionnelles en cours aux Nations Unies et à l'Union africaine et leur importance pour le renforcement du partenariat entre l'ONU et l'Afrique. Syndicat.

Sur la situation en République Démocratique du Congo(RDC) : Les membres du Conseil de sécurité et du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine se sont déclarés préoccupés par la détérioration continue de la situation sécuritaire et humanitaire en République Démocratique du Congo. Tout en prenant note des principaux jalons du processus électoral, ils se sont inquiétés des défis qui subsistent pour renforcer la confiance dans le processus. Ils ont appelé tous les partis politiques, leurs partisans et les autres acteurs politiques à rester attachés à l'Accord du 31 décembre 2016, qui est la seule issue viable de la situation politique actuelle. Les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies et du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine ont exhorté tous les partis politiques à continuer à rejeter toute forme de violence, à faire preuve de la plus grande retenue dans leurs actions et déclarations. Les différences pacifiquement. En particulier, ils ont appelé le Gouvernement de la République démocratique du Congo et tous les acteurs de la République démocratique du Congo à rejeter la violence et les déclarations violentes. Ils n’ont réaffirmé qu'une mise en œuvre efficace, rapide et sincère de l'Accord de décembre, y compris les mesures de confiance de l'Accord, ainsi que le respect des droits fondamentaux et du calendrier électoral, sont essentiels pour un processus électoral pacifique et crédible, une transition démocratique du pouvoir, et la paix et la stabilité de la République démocratique du Congo. Ils ont appelé le Gouvernement de la République Démocratique du Congo, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et toutes les parties prenantes à travailler ensemble pour la tenue d'élections le 23 décembre.

Ils ont réitéré leur engagement à prendre des mesures appropriées contre tous les acteurs congolais, et tous les autres, dont les actions et les déclarations entravent la mise en œuvre de l'Accord et l'organisation des élections. Les membres du Conseil de sécurité et du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine ont souligné qu'il est essentiel que le gouvernement de la République démocratique du Congo et tous les acteurs de la République démocratique du Congo respectent les engagements pris dans l'accord du 31 décembre 2016, et souligné la nécessité de tout faire pour que les élections se déroulent dans les conditions requises de transparence, de crédibilité et d'inclusion, y compris la participation pleine et entière des femmes à tous les stades, ainsi que l'importance de l'engagement des jeunes. Ils ont également souligné que les élections devaient conduire à un transfert pacifique et démocratique du pouvoir, conformément à la Constitution, à l'Accord politique du 31 décembre 2016, aux résolutions 2348 (2017) et 2409 (2018) du Conseil de sécurité des Nations Unies, Les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies et du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine ont exhorté le gouvernement de la République démocratique du Congo à mettre en œuvre de toute urgence les mesures de confiance prévues par l'accord politique du 31 décembre 2016 2018 selon le calendrier électoral. Ils ont noté les progrès réalisés dans la préparation des élections avec l'appui de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), tout en reconnaissant les défis qui restent à relever.

Ils ont appelé la CENI à poursuivre sa coopération avec la MONUSCO tout au long du processus électoral. Ils se sont également félicités de l'engagement pris par les Nations Unies, l'Union africaine, la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), Les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies et du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine appellent à une coordination accrue entre les Nations Unies, l'Union africaine, la Conférence internationale sur les Grands Lacs, la SADC, l'Union européenne et l'Organisation internationale de la Francophonie. Leur soutien à la mise en œuvre de l'Accord du 31 décembre 2016 et du processus électoral. Les membres du Conseil de sécurité et du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine ont salué la bravoure des pays fournisseurs de contingents et de policiers à la MONUSCO qui ont sacrifié leur vie pour rétablir la paix, la sécurité et la stabilité en République démocratique du Congo. Congo. Les membres du Conseil de sécurité et du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine ont salué les efforts déployés par l'Union africaine et la communauté internationale pour soutenir les efforts déployés par la République démocratique du Congo pour lutter contre l'épidémie du virus Ebola en mai et en juin. 2018, dans le pays. Les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies et du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine ont convenu de convoquer leur treizième réunion consultative annuelle et leur quatrième séminaire conjoint informel en 2019 à Addis-Abeba, en Éthiopie, à une date à convenir mutuellement ».

Choix et commentaire de la Rédaction 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article