Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Que deviendrait le Cameroun, ce pays de la Sous-région Afrique centrale ? Difficile de répondre pour l’instant à une telle question.Mais sachez-le tout de même d’après la publication de l’AFP de vendredi 20 juillet 2018, il est clairement mentionné que la police camerounaise eut empêché ce vendredi à Douala (sud) la tenue d'une conférence sur la présidentielle d'octobre et la crise anglophone prévue dans les locaux d'un petit parti d'opposition, a appris l'AFP auprès d'un responsable de cette formation politique.Depuis vendredi matin, la police interdit l'accès au siège du Cameroon People's Party (CPP), a affirmé Franck Essi, secrétaire général de ce parti. En début d'après-midi, cinq policiers étaient toujours présents devant le siège alors que tous les carrefours y conduisant étaient « bloqués par d'autres forces de police et gendarmerie », a ajouté M. Essi. 

Une coalition de partis d'opposition et d'ONG dénommée mouvement « Stand Up For Cameroon » (Debout pour le Cameroun) dont est membre le CPP, entendait donner une conférence dans les locaux de ce parti, où il était notamment question de débattre de la présidentielle du 7 octobre et de la crise anglophone.Un sous-préfet de Douala a interdit la conférence au motif qu'elle n'avait pas été autorisée et que les sujets inscrits à l'ordre du jour étaient« sensibles »,selon M. Essi. Principal animateur du mouvement Stand Up For Cameroon, le CPP est un petit parti connu pour les critiques acerbes de sa dirigeante, Edith Kah Walla, à l'égard du régime de Yaoundé. Candidate malheureuse à la présidentielle de 2011, Mme Kah Walla a décidé de ne pas se présenter au scrutin prévu le 7 octobre.Vingt-huit dossiers de candidature ont été déposés à Elections Cameroon (Elecam), l'organisme chargé de l'organisation du scrutin présidentiel. Ces dossiers seront examinés avant la publication de la liste définitive des candidats autorisés à postuler pour la présidence. Le scrutin d'octobre se tiendra dans un contexte marqué par un conflit qui prend de plus en plus de l'ampleur dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Eric Mocnga Topona,correspondant spécial à Bonn en Allemagne

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article