Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

L’ex-première dame du Zimbabwe Grâce Mugabe ne peut plus invoquer son immunité diplomatique pour se soustraire  de la justice dans l’affaire d’agression en 2017 d’une jeune femme, dont elle est accusée. Grâce Mugabe ne bénéficiait pas de l’immunité diplomatique aux moments des faits, s’est prononcé un tribunal sud-africain lundi 30 juillet, selon l’information relayée par l’agence Belga et publiée sur le site RTBF. Madame Mugabe n’a pas souhaité commenter cette décision, survenue le jour où se tiennent les premières élections générales au Zimbabwe depuis la chute de son époux Robert Mugabe en novembre après trente-sept de règne.

La plainte contre Grâce Mugabe a été déposée par le mannequin sud-africain Gabriella Engels qui atteste  avoir été frappée avec un câble électrique par l’ex-première dame, le 13 août dernier dans un hôtel huppé de Johannesburg. Le ministre sud-africain des Affaires étrangères s’est empressé de lui reconnaître l’immunité diplomatique dans le seul but de préserver les relations entre les deux pays. Le juge Bashier Valley vient de désavouer le membre du gouvernement en invalidant sa décision qu’il qualifie de décision « en contradiction avec la Constitution ». « C’est un jour important pour la justice et l’Etat de droit, qui démontre que personne n’est au-dessus de la loi », a réagi James Selfe, le président du principal parti d’opposition sud-africain, l’Alliance démocratique (DA), qui avait décrié une immunité «embarrassante et illégale ». Willie Spies, qui défend Gabriella Engels a considéré que la décision du juge ouvrait la voix à de poursuites criminelles contre madame Mugabe. «Nous avons pris bonne note du jugement, nous l’étudions et le commenterons ultérieurement si nous le jugeons nécessaire », a affirmé le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ndivhuwo Mabaya.

D.P

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article