Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le site d’information RTBF citant l’AFP a publié le 12 juin une information relative au vote par le parlement vietnamien, d’une loi très restrictive en matière des libertés sur les réseaux sociaux, rare espace d’expression dans un pays où l’idéologie communiste incarnée par un parti unique fait taire toute voix discordante. Dès janvier 2019, date prévue pour l’entrée en vigueur du nouveau texte, les plateformes du Web auront désormais l’obligation de retirer sous 24 heures tous les commentaires jugés comme une menace à la «sécurité nationale». Il est également prévu de stocker les informations personnelles et les données des utilisateurs. «Actuellement, Google et Facebook stockent les données personnelles des utilisateurs vietnamiens à Hong Kong et à Singapour », a indiqué Vo Trong Viet, le président de la Commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale. «Mettre des centres de donnés au Vietnam va augmenter les dépenses pour les fournisseurs de services…mais c’est nécessaire pour répondre aux exigences de la cybersécurité du pays », a-t-elle poursuivi.

 

La nouvelle loi interdit formellement les appels aux rassemblements publics et tout discours de nature à porter atteinte au drapeau national, aux dirigeants ou aux héros nationaux. Il n’existe plus d’espace de liberté sûr au Vietnam. «Dans ce pays très répressif, l’espace en ligne offrait un refuge relatif où les gens pouvaient partager leurs idées et leurs opinions avec moins de crainte de la censure», a déploré Clare Algar d’Amnesty International. «Avec les pouvoirs étendus accordés au gouvernement pour surveiller internet, cela signifie qu’il n’y a plus d’espace sûr au Vietnam où les gens peuvent parler librement », a-t-elle soutenu. Le vote de cette loi a suscité une grande déception chez Asia Internet Coalition, un puissant groupe qui défend les intérêts de Google, Facebook, Twitter et d’autres groupes dans la région. «Malheureusement, ce texte va entrainer de sévères limitations pour l’économie numérique au Vietnam et risque de réduire les investissements étrangers », a commenté Jeff Paine, haut cadre du groupe. Freedom House, organisme de surveillance du web s’est montré critique vis-à-vis de l’internet au Vietnam qui était déjà jugé ‘non libre’, juste devant la Chine et l’Asie. L’accès à internet est une réalité pour plus de la moitié des 93 millions d’habitants. Et le pays peut se targuer d’être parmi les dix premiers au monde en pourcentage d’utilisateurs Facebook, alors que le réseau social est bloqué en Chine.

Moussa T.Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article