Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Au total huit personnes dont cinq militaires et trois civils ont été condamnées hier mercredi au Venezuala, comme l’indique le site RTBF citant l’agence Belga dans sa publication datée du 20 juin, qui précise aussi le chef d’accusation et le nombre d’années qu’elles devraient derrière le barreau. Selon une ONG, les personnes condamnées ont écopé des peines de trois à six ans de prison pour avoir participé à un plan pour commettre un coup d’Etat, lequel était soutenu par l’opposition et les Etats-Unis, qui a été dénoncé en 2015 par le  prédisent Maduro. « Le procès pour le supposé Coup d’Etat bleu s’est terminé. Les accusés ont été condamnés après avoir admis les faits », a indiqué sur Twitter Gonzalo Himioh, un  des responsables de  l’ONG de défense des droits de l’Homme Foro Penal, qui a rendu public la liste des personnes condamnées dans cette affaire devant le tribunal militaire.

Acculé de toutes parts, le président vénézuélien avait dénoncé en février un «un plan pour commettre un coup d’Etat ». Il l’a personnellement qualifié de ‘coup d’Etat bleu’, en référence à la couleur des uniformes de l’armée de l’air de son pays, et a ajouté que le groupe derrière ce projet avait été démantelé. Le président Maduro est allé plus loin en précisant que le plan des assaillants était de bombarder, avec des avions, le palais présidentiel de Miraflores, d’autres bâtiments du gouvernement et le siège de la télévision Telesur à Caracas. Washington avait répondu par le canal du département d’Etat américain qui a qualifié de « ridicules » ces accusations. Le président Maduro et certains membres de son gouvernement n’ont pas hésité à accuser Julio Borges, l’ex-président du parlement, la seule institution contrôlée par l’opposition à l’époque, d’être lié à ce plan, mais celui-ci n’a jamais comparu devant la justice dans cette affaire. Les huit personnes avaient été précédemment condamnées à dix ans de prison en 2017 mais le procès avait par la suite été annulé pour des raisons restées inconnues. L’ONG Foro Penal qui considère les cinq militaires et trois civiles comme des « prisonniers politiques », dénombre 280 opposants à Maduro actuellement détenus en prison au Venezuela.

Moussa T.Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article