Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Sujet très délicat qui mérite un traitement à la hauteur de sa taille! En effet, dans la précédente publication datée d’hier 04 mai, il a été question de vous livrer une partie de l’information relative à cette étonnante affaire du journaliste russe faussement donné pour mort par assassinat. Cette seconde partie de cet article s’attache à mettre le focus sur les différentes réactions suscitées par cette affaire en Ukraine et à l’étranger. Moscou n’a pas tardé pour dénoncer mercredi soir une « provocation antirusse». Selon le porte-parole du Ktemlin, Dmitri Peskov : «cette histoire est et c’est le moins qu’on puisse dire, étrange. Je ne suis pas sûr qu’ici la fin justifie les moyens». Le journaliste russe a reconnu jeudi dernier, avoir préparé pendant des semaines la mise en scène avec les services ukrainiens, sans avoir vraiment cru tout de suite en la version des services secrets ukrainiens mais il avoue avoir été convaincu au bout de plusieurs entrevues. Il a expliqué en détails comment il avait été enduit de sang de porc par des maquilleurs chez lui. «Et voilà, je suis mort », a-t-il exposé. C’est alors débute une longue nuit pendant laquelle il est d’abord emmené à la morgue, puis dans un lieu sécurisé. Lorsque la question lui a été posée de savoir s’il envisageait d’aller s’expliquer devant ses confrères, il a répliqué : «Je prévois de dormir, de me reposer, et même de picoler et de m’endormir ivre, sans penser à rien pendant deux-trois jours».

 

Il y a des soutiens du journaliste comme le député Anton Guerachtchenko, qui est monté au créneau pour expliquer que cette mise en scène était nécessaire afin de «remonter et documenter toute la chaîne, du tueur à gages aux organisateurs et aux commanditaires », en les persuadant que «la commande a bien été exécutée ». Selon les services de sécurité, un Ukrainien recruté par les «services de sécurité russes» et présenté comme l’«organisateur », a été inculpé. Le journaliste Arkadi s’est éloigné de la Russie en 2017, dénonçant un «harcèlement». Il a d’abord posé ses valises en République Tchèque et en Israël, avant de s’installer à Kiev, où il s’occupe d’une émission de télévision. Cette affaire fait écho à l’assassinat du journaliste russo-bélarusse Pavel Cheremet, dont la voiture a volé en éclat dans une explosion en plein centre de Kiev. Les ennuis de monsieur Babtchenko ont véritablement commencé après avoir dénoncé le rôle joué par la Russie dans le conflit est-ukrainien, qui a occasionné plus de 10 000  depuis quatre ans.  Il a avoué jeudi «haïr personnellement » Vladimir Poutine : «Cette personne est responsable de plusieurs guerres et de milliers de mort. J’ai enterré mes proches, mes collègues, mes amis et je suis fatigué de le faire».

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article