Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Encore et encore des Migrants qui meurent sur la route de l’exil sans atteindre leur destination. En effet le drame des migrants continue avec la découverte au large de Sfax les corps sans vie de 74 migrants noyés dans le naufrage de leur embarcation, comme le rapporte  le jeudi 07 juin le site RTBF citant l’agence Belga. C’est la marine tunisienne qui a repêché ces nouveaux cadavres portant le bilan à 74 migrants morts à la suite du naufrage de leur embarcation de fortune dans la nuit de samedi à dimanche au large de Sfax à l’est de la Tunisie, selon le ministère de l’Intérieur. Le ministre a souligné que les recherches se poursuivent pour retrouver d’autres corps. Les victimes sont majoritairement des migrants tunisiens. Le bilan reste toujours provisoire puisque les survivants ont évoqué la présence d’au moins 180 migrants à bord avant le naufrage survenu au large de l’archipel de Kerkennah. Leur embarcation a coulé lors de la traversée de la Méditerranée à destination de l’Europe.

Au moins 68 migrants ont été sauvés après ce naufrage, l’un des pires drames de la migration depuis le début de l’année, estiment les ONG disant craindre un bilan supérieur à 100 morts. La gestion catastrophique de ce drame a entraîné le limogeage d’une dizaine de responsables de la sûreté nationale et de la garde nationale à Sfax et Kerkennah, trois jours seulement après ce drame. Le ministre de l’Intérieur, Lofti Brahen a lui-même été limogé après avoir sanctionné les autres. Près de 6000 migrants recensés ont tenté de traverser la Méditerranée depuis le début de l’année, via la Tunisie, dont 2.064 depuis Kerkennah, avait confié à l’AFP, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Khlifa Chibani. Selon ce dernier, Kerkennah est devenue une base de départ vers l’Europe à cause d’un vide sécuritaire qui trouve ses racines dans les troubles sociaux ayant secoué l’archipel en 2016. Cette île a déjà connu un drame avec  46 morts noyés dans la collision de leur embarcation avec un navire militaire, à l’automne dernier.

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article