Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le constat de Remy J. NGono, journaliste Africain d'origine camerounaise, publié  le mercredi 30 mai 2018 sur son journal numérique Coups Francs(CoupsFrancs) sous forme d’un article titré : «Mario Batotelli garde les stigmates du racisme », tombe à point nommé avec le match amical entre l'Italie et la France qui se jouera ce vendredi 1er juin 2018 à partir de 21heures si aucune perturbation climatique ou autre incident n’intervient au Stade Allianz Rivera de Nice dans le cadre de la préparation de la coupe du monde 2018 en Russie. D’après les informations publiées sur les réseaux sociaux ou d'autres médias, les rencontres de cette coupe du monde débuteront le jeudi 14 juin 2018 avec au programme un match d’ouverture qui opposera le pays d’accueil et organisateur, la Russie de Poutine  à  l’Arabie Saoudite. C'est pourquoi on fait comprendre que l’article de Remy J. NGono tombe à point nommé. En nous lisant, vous saurez vous-même, les raisons pour lesquelles on insiste sur le bien fondé de cette information livrée par le journaliste Rémy J. NGono qui l’avait fait dans le cadre de sa chronique sportive Coups Francs, puisqu’il se définit justement comme chroniqueur sportif depuis une dizaine d’années. Rémy J. NGono écrit donc : «Il y a exactement 5 ans, Mario Balotelli envisageait abandonner le football en déclarant : « Je vais arrêter le football à un âge précoce si ce racisme continue contre moi. Dans chaque match ils disent que je suis un singe…Je suis un homme comme moi comme eux. »Après avoir déserté l’Italie pour se réfugier en Angleterre où il a échoué, Mario Balotelli, après avoir vagabondé, est venu rebondir à Nice. Suite à ses prestations convaincantes et son mental d’acier, Super Mario a fait son retour en sélection nationale tel un héros, en ouvrant le score pour l’Italie «  new look ».

Encore et encore, Rémy le chroniqueur camerounais constate en mettant l’accent sur le racisme en football ou d'autres milieux voire des circonstances où :«Mario Balotelli s'est confronté au racisme, tel comme dans son pays adoptif :« Une fois j’avais fait mes devoirs, donc ma mère m’a laissé sortir pour jouer au foot, je demande aux autres « On joue ? » ils me répondent « Non pas toi Mario », j’insiste « j’ai fait mes devoirs », réponse « Non tu es noir Mario », je n’ai pas arrêté de pleurer ». Il poursuit: « J’aurais eu moins de problème si j’étais Blanc. À l’école, à chaque fois que le goûter de quelqu’un disparaissait, on m’accusait sans même enquête ».Et son début de carrière professionnelle a été un vrai chemin de croix: « Pendant un stage à Rome avec les U21, je discutais quand deux personnes sur une moto ont commencés à crier « Negro ! Negro de merde ! » Ils se sont rapprochés et m’ont lancé une peau de banane. D’ailleurs ils se sont trompés de cible et ont touché la serveuse du bar ».

C’est bien malheureux de lire en conclusion de son article signé :«La Rédaction» qu’un grand chroniqueur sportif comme Rémy J. NGono constate avec grande amertume que les pratiques racistes en Occident en général et plus particulièrement en Italie touchent durablement le milieu de football :«Malgré son profil d’attaquant technique et physique, Mario Balotelli n’a jamais eu la confiance à long terme d’un sélectionneur italien. C’est toujours son côté instable qui mis en avant, alors que d’autres têtes grillées comme Cassano ont bénéficié des circonstances atténuantes.Balotelli a souffert et souffre toujours du racisme dans les stades européens et surtout italiens:« Durant un Juventus-Inter on m’a tout fait « Negro », « singe », « retourne en Afrique !», les cris de singes…Moratti (ex president de l’Inter) était tellement énervé qu’il voulait désinscrire l’équipe du championnat ».Et voilà les xénophobes et racistes  italiens qui vont regarder leur équipe à la télé , tandis que l’Allemagne, naguère fasciste, a remporté la coupe du monde avec Boateng l’Africain et d’autres étrangers ».

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article