Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le site RTBF citant l’AFP rapporte le 09 juin que la majorité des prostituées russes resteront en retrait du Mondial 2018, organisé du 14 juin au 15 juillet 2018 par la  Russie, afin de fuir la forte pression policière attendue. «La plupart des maisons closes sont en train de fermer, la police prévient que celles qui resteront ouvertes le feront à leurs propres risques », met en garde à l’AFP, Irina Maslova, responsable de Serebriannaïa Rosa, une association de défense des droits des prostituées. Ce qui n’empêchera pas certaines maisons de faire jouer leurs relations policières et politiques, moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes pour se voir tolérer d’exercer pendant l’événement sportif du ballon rond qui s’ouvre le jeudi prochain et durera un mois.

 

Le président Poutine ne tarit pas d’éloges pour les prostituées russes qu’il considère comme étant « les meilleures au monde ». Celles-ci étaient nombreuses à arpenter les rues pendant les années 1990, à la faveur de la libéralisation des moeurs et la paupérisation de nombreux Russes suite à la chute du bloc soviétique. Ces dernières décennies, les autorités ont progressivement pris des mesures draconiennes, obligeant des travailleuses du sexe à entrer dans la clandestinité. La crise financière de 2014 est également passée par là. Le secteur a connu une chute d’activité liée à la baisse de la demande et des tarifs. Officiellement, la prostitution est illégale en Russie, mais les strip-clubs, sont tolérés voire acceptés. Ils se frottent les mains et se s’apprêtent à une hausse de leurs revenus après plusieurs années de galère. Cela contraste avec la pression policière attendue. Afin de pouvoir répondre à la demande accrue de la clientèle étrangère, le club a formé son personnel en anglais. «Ce sont des leçons d’anglais banales, on discute de thèmes variés : comment réserver un hôtel, comment parler avec les clients», détaille Mélanie, une strip-teaseuse de 29 ans.

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article