Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Dans un article publié le 21 juin par le site Le Devoir, notre confrère Stephen Weizman correspondant de l’AFP à Jérusalem a révélé que Sarah Netanyahou, l’épouse du premier ministre israélien  accusée d’avoir fait passer pour près de 100 000 dollars de repas aux frais du contribuable, devrait comparaître devant le tribunal dans les prochains mois. C’est le ministère de la justice qui a annoncé rendu public jeudi la mise en examen de la première dame pour fraude et abus de confiance présumés, ouvrant la voie à un procès qui devrait attirer l’attention du grand public et de la presse. D’habitude l’ouverture du procès peut prendre de quelques jours à plusieurs mois après la mise en examen prononcé par le juge. Le premier ministre ne semble pas inquiéter politiquement par cette mise en examen de son épouse pour laquelle il n’est pas directement concerné. Mais cette affaire vient se griffer aux nombreuses autres affaires de corruption présumées qui pèsent comme une épée de Damoclès sur le long règne du premier ministre. Cela vient mettre une fois de plus les projecteurs sur une femme controversée dont l’omniprésence et la l’influence supposée auprès de son mari sont régulièrement évoquées par la presse, qui éclaire constamment d’une lumière peu favorable ses agissements personnels. Il lui est reproché d’avoir commandé entre 2000 et mars 2013, pour elle-même, les membres de sa famille et des invités, des centaines de repas estimés à « plus de 350 000 shekels » soit 96 000 dollars, selon les sources judiciaires.

En outre, elle aurait menti en invoquant faussement l’absence de cuisinier à la résidence du premier ministre, pour se faire livrer, jusqu’à des dizaines de fois un même mois, des repas de différents établissements de  Jérusalem, italiens, asiatiques ou proches-orientaux. Ancien directeur général adjoint au bureau du premier ministre, Ezra Saidoff  a été également mis en examen. « En falsifiant la réalité, les mis en cause sont parvenus à duper les agents compétents qui leur faisaient confiance, si bien que le cuisinier préparait les repas tandis que le bureau du premier  finançait les repas préparés », indique le communiqué du ministère. Le procès aura lieu au tribunal de Jérusalem. Le caractère sensible du sujet pour le public, requiert la composition de trois juges pour statuer valablement. Les avocats de Sara Netanyahou n’ont pas tardé à réagir à cette mise en examen qu’ils qualifient d’«absurde et délirant », dans un communiqué, « pour la première fois en Israël et dans le monde, l’épouse du dirigeant en place est poursuivie pour des plateau-repas ». Ils invoquent le fait que Mme Netanyahou ne connaissait pas les procédures, et en plus, ce n’est pas elle qui a passé ces commandes. Dans la plupart des cas, ce n’est la famille qui a consommé les repas, mais les invités officiels et même des employés de la résidence, ont-ils avoué. Les adversaires de Netanyahou se sont engouffrés dans ces affaires de la résidence, où  il a été question non seulement de plats de traiteurs, mais aussi de meubles de jardins et de détournement de revenu de bouteilles consignées. Les médias se sont déjà régalé des joutes judicaires devant les tribunaux  entre madame Netanyahou et un ancien homme de confiance de la résidence, Meni Naftali, accusant l’épouse du premier ministre de comportement tyrannique.

La Rédaction

​​​​​​​

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article