Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Ce n’est  qu’un début, mais cette rencontre de deux grandes équipes du groupe F comptant  pour la coupe du monde 2018 en Russie s’est soldée par la défaite des Allemands rois du football par un score  d’un but à zéro en faveur des Mexicains. Un but, d’ailleurs l’unique tombe à la 35ème minute de jeux grâce à un tir puissamment venu de Lozano. Comme ont dit beaucoup de commentateurs ou les chroniqueurs sportifs, c’est la première énorme sensation de la Coupe du monde. On dirait que  sur le terrain les ambassadeurs allemands  n’y attendaient pas à cette défaite. Ils se croyaient les seuls rois du terrain où la possession était évaluée à 64%,8 tirs dont 5 cadrés par certains chroniqueurs sportifs et à plus de 70% par d’autres.

Dans une analyse qu'il a publié sur son journal numérique Coups Francs hier dimanche 17 juin 2018, titrée :« Les mexicains font tomber les Allemands champions du monde »,on sent clairement dans son commentaire que Remy J. NGono,ce chroniqueur sportif du Cameroun était aussi surpris comme les autres supporteurs de la victoire des Mexicains.Il n’a pas perdu son temps à raconter sa vie. Il est allé tout droit au but en faisant sentir son observation de façon directe : « 64% de possession, 8 tirs dont 5 cadrés, 1 barre transversale de Tony Kroos, mais c’est l’Allemagne qui rentre dans les vestiaires menée au score par le Mexique 0-1 grâce à un but inscrit par Hirving Lozano à la 35 ème minute. Avec sa taille de 1,75 l’attaquant de poche du PSV Eindhoven tout comme Chicharito Hernandez, auront été de vrais poisons pour la charnière lourde Hummels-Boateng, gênée par les incursions de contre-attaques.Pas seulement la défense allemande. Fantomatique en ligue des champions, Müller n’aura servi à rien du tout. Ozil totalement invisible. Draxler, très prévisible.

D’après toujours Rémy J. NGono, le Mexique aurait même pu alourdir le score à la 56ème minute, mais Chicharito a gâché une occasion à deux contre un en appuyant trop sa passe pour Carlos Vela. Puis, Miguel Layun qui a manqué le but du break à la 81ème en manquant le cadre de Neuer. Malgré tout, ils ne vont pas le regretter puisqu’ils ont réussi à conserver leur but. Match d’une rare intensité, des contre-attaques à couper le souffle, un suspens indescriptible. Un match fabuleux.Il y a un an la Mannschaft, version remaniée, avait crucifié le Mexique 4-1.  En l’espace de huit minutes, Leon Goretzka avait inscrit le doublé. Cependant, les Mexicains  de Juan Carlos Osorio avaient produit un football chatoyant,moins efficace durant le tournoi, acculant les Allemands sur leur but , se créant de nombreuses occasions et tirant 25 fois. Cette fois-ci, ce sont les Allemands qui ont tiré, tiré, tiré, tiré…. « Nous avons travaillé pour nous donner les moyens de battre l’Allemagne. C’est une équipe à respecter, mais pas imbattable. Nous allons essayer de rivaliser dans tous les domaines, de façon intelligente », avait déclaré le défenseur mexicain Carlos Salcedo. Ce n’est plus un rêve, mais une réalité. Jamais les Mexicains n’avaient battu les Allemands. Jamais une équipe ayant remporté la coupe des confédérations n’avait remporté la coupe du monde suivante. L’Allemagne va-t-elle éviter cette malédiction. Comme le dit un proverbe africain: « l’épidémie qui a tué les moutons est aussi celle dévaste les autres animaux de la même cour ».

Si on analyse les commentaires des Chroniqueurs sportifs publiés ça et là, on  donne raison aux Allemands et surtout à leurs supporteurs de rentrer chez eux avec des visages froids comme des crêpes bretonnes ou l'eau d'une rivière coulant quelque part sur une montagne allemande. En effet, hier dimanche 17 juin 2018 dans une salle ou dans un appartement privé où ce match Mexique-Allemagne a été projeter sur un écran géant, l’ambiance était bien tendue dès le coup d’envoi de cette rencontre du groupe F de ce mondial 2018 qui se joue en Russie. Pendant que les supporteurs de l’équipe de Mexique battaient les mains, criaient comme des singes qui se passaient des branches en branches, ceux de l’équipe d’Allemagne étaient sereins et n’attendaient qu’un joueur allemand marque le premier but de cette cérémonie planétaire de football. Dans cet appartement situé dans un quartier de Toulouse en France où ces supporteurs rivaux pour cette occasion suivaient ensemble ce match, on y voit ceux qui croyaient de façon sûre et d’autres incertaine que les Allemands rois du football, les grands champions du mondial 2014 qui s’est passé au Brésil allaient infliger une lourde défaite aux Mexicains. Malheureusement comme eurent dit beaucoup d’entre eux, la chance n’y était pas avec les Allemands, vu la possession de balle qui fut entre 60 à 70%. Admettons-le comme ça dans un premier temps. Mais en réalité, reconnaissons-le aussi que les Mexicains étaient bien préparés pour affronter ces joueurs allemands qui se croyaient les seuls forts au monde à la manière du Lion le seul roi de la Forêt.  Et comme on le dit souvent : « Devant l’impossible nul n’est tenu ». Et bien, c’était bien cela. Les Allemands n’ont pas tenu face à des adversaires qui les attaquaient farouchement comme des fourmis ou des Hyènes qui venaient en masse ou en bandes organisées.On y voit que des hommes en rouges qui courraient dans tout le sens en brisant le rêve de leurs potentiels adversaires.Ils n’ont pas laissé un peu d’air aux footballeurs allemands de respirer pour renverser les jeux à leur faveur comme ils l'ont fait avec les Brésiliens en 2014 en les battant 7 à 1 si les souvenirs paraissaient bons encore. Comme quoi, il n’est pas toujours vrai : « qu’on ne remplace pas l’équipe qui gagne ».C'est chose faite,on peut bien remplacer une équipe qui gagne si on a les moyens. Les Mexicains ne seront-ils pas ceux qui remplaceront les Allemands en devenant les futurs Champions de cette coupe du monde 2018 qui se joue en Russie ? On ne sait jamais pour l’instant. Dieu seul, sait !

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article