Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

(En provenance du Cameroun)

Publiée depuis le lundi 18 juin 2018 sur son Facebook, cette information signée d’un certain Kand Owalski est d’après Dr Modestine Carole Tchatchouang Yonzou du Cameroun est une lettre d’un soldat déserteur à ses Camarades dans le Noso (probablement dans la zone anglophone où se passent les affrontements entre les Séparatistes anglophones et les Soldats réguliers de l’Etat du Cameroun dirigé depuis une trentaine d’années par le vieux président Paul Biya…N.D.LR).Cette unique information est bien suffisante pour aujourd’hui, bien qu’on le dise que l’abondance des biens ne nuit pas. Il est souvent préférable de rester sur une chose assez efficace, que mille sans résultat meilleur. Voici ci-dessous la lettre de ce soldat déserteur à ses Camarades dans le Noso que l’on retrouve sur la page Facebook de Modestine Carole Tchatchouang Yonzou

«Bonjour Camarades! Aujourd'hui j'ai pris la résolution de sortir de mon silence pour vous donner les raisons de ma désertion. On a tous signé pour honneur et fidélité à notre patrie. Je puis donc vous dire que c'est cet honneur et cette fidélité qui ont guidé ma décision. Depuis le début de cette sale guerre nous n'avons fait qu'obéir aux ordres de manière moutonnière. « Si on vous demande de tuer, alors vous tuez » nous disaient les instructeurs à Koutaba. Et nous avons fini par intégrer cette philosophie malsaine et tortionnaire, cette philosophie annihilant qui fait de nous de bêtes sauvages domptées par un groupe d’Êtres « rationnels » qui nous utilisent à leurs guises et pour protéger leur pouvoir. Nous avons fini par croire que notre rôle était de tuer et que nous n'étions finalement doués qu'à cela. Non ! Notre rôle n'est pas de tuer, mais de protéger l'intégrité de notre territoire et le peuple qui y vit par tous les moyens, y compris la tuerie. C'est ce que nous avons su faire dans le grand nord. C'est ce que nous étions sensé venir faire dans ces deux régions de notre ouest anglophone. Mais Qu'avons-nous fait à la place? Des camarades violent de jeunes filles civiles, pillent des familles, exécutent les hommes, mettent le feu à leur maison, brûlent leurs grands parents, mettent le feu aux villages, torturent des mères d'enfants dans la boue et la crasse, tout ceci sous les ordres directs des supérieurs.

Tenez, pour ceux des camarades qui sont montés au moins une fois au front à l'extrême-nord, combien de villages y avons-nous brûlé ? Combien de civiles y avons-nous tué et de femmes combien en avons-nous violé? Ces massacres horribles qu'on nous somme d'exécuter sont teintés de calculs politiques motivés par l'égoïsme et l'égocentrisme du groupuscule qui nous dirige. Pourquoi devons-nous tirer sur des frères citoyens qui décident d'envahir les rues pour manifester leur colère, leur indignation face au mépris de ce gouvernement qui privatise leurs richesses? Pourquoi devons-nous violer une pauvre étudiante qui décide de dire non à la corruption en milieu universitaire ? Pourquoi assassiner son père et brûler sa grand-mère simplement parce qu'ils vous disent qu'ils ne connaissent aucun terroriste? Pour nous motiver dans ces dérives ils nous ont dit que les Avocats, les Enseignants, les Étudiantes étaient manipulées par des pays occidentaux désireux du pétrole. Mais chers camarades réveillons-nous!! Où s'en vont les recettes dues à l'exploitation de ce pétrole depuis plus de 20 ans? Et celles du gaz?

Le président Paul Biya et sont entourage y ont fait main basse. Ils ne rendent compte à personne. Trouvez-vous normal qu'un chef d'État exploite à son propre compte les richesses du sous-sol d'une région? Et de surcroît sans jamais y construire d'écoles, de points d'eau potable? Sans offrir d'emploi aux enfants de cette région ? Il n'est point de manipulation extérieure. Ces gens luttent pour leur bien être, et pour le votre aussi. Regardez-vous!! Regardez vos conditions de vie !! Vos primes sont retenues par des supérieurs égoïstes et inhumains, vos équipements sont défectueux. Vos journées vous les passez dans la boue, le froid, la vermine en contact permanent avec le sang et la mort, toujours la mort. Combien de nos camarades sont tombés ces jours? Et pourquoi?Cette guerre contre les civils est un génocide. Voilà pourquoi j'ai déserté ! Parce que j'ai compris que cette guerre ne servait en rien l'intégrité de notre territoire ni même à protéger les populations des terroristes. Les ordres sont donnés pour les effacer de la carte, leurs villages avec. Ces gens ne sont pas des terroristes. En 2008 nous tuions déjà près de 200 Camerounais parce qu'ils avaient osé s'indigner contre l'augmentation abusive des prix des denrées. Ce n'était non plus des terroristes. C'est grâce à ce peuple là que nous mangeons dans nos familles. C'est avec son argent que ce gouvernement achète les armes avec lesquels nous le combattons; alors, qui sont les vrais terroristes? Le peuple est pris en Otage. Notre tâche et de le libérer. Nous devons agir!

Camarades, nous pouvons arrêter cette folie; si on est nombreux; si les ministres, les généraux, les commissions militaires, les procureurs et les juges à la solde de l'Etat n'arrivent pas à nous faire peur. Refusez de devenir de la chair à canon, n'acceptez pas d'aller humblement dans les casernes pour être tué ou, encore pire, pour tuer vous-mêmes. Ne participez plus aux crimes militaires de ce régime: ni comme des exécuteurs au front, ni, à l'arrière, comme complices. Ils peuvent nous faire peur, ils peuvent nous menacer, ils peuvent violer les lois et la Constitution, ils peuvent même nous mettre en prison. Mais il y a une chose qu'ils ne pourront jamais faire: c'est nous forcer à les servir et à devenir leurs complices. Leur fameuse « force » vient de notre incertitude, de notre peur, de notre indifférence. Nous sommes plus forts qu'eux parce qu'ils ont besoin de nous pour exister. Acceptez de réagir et d'agir pour le peuple. C'est ce peuple là qui compte. Faites comme moi, désertez! Et nous formerons ensemble un bloc pour lutter contre ces terroristes en costards qui malmènent le peuple».

Choix et commentaire de Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article