Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Tout d'un coup, il me vient une pensée effroyable, terrifiante. Et si le projet réel qui s'affirme de plus en plus, dans les faits et dans les actes, était d'instaurer une aristocratie féodale? Il suffit de passer au script les cercles du pouvoir pour s'en convaincre. L'on constatera assez vite, que le centre géographique des décisions, comme de détention réelle du pouvoir, c'est Amdjaress, que les décideurs, c'est les Itno et clans alliés de la région, que les contre pouvoir plutôt les alliances (choisies pour leur loyauté et leur allégeance inconditionnelle ) qui participent du pouvoir, et savent tirer leur épingle du jeu se localisent, sur le Biltine, le BET, le Ouaddaï et le Batha et enfin, que toutes les autres régions sont arrimées à travers quelques hommes liges, à ce cercle central fort, solidement construit, années après années, par un système d'alliances hérité des lois du Kadamoul et au gré de manifestations engloutissant des centaines de milliards de nos Fcfa, comme les festivals de chameliers ou les rencontres des enfants et ressortissants de....

Mettez les noms des familles ou des clans qui, dans ces régions constituent les piliers soutenant le régime et vous conviendrez que tout le reste: Le Gouvernement, le Parlement, La Justice, et l'ensemble des institutions tchadiennes, sont des coquilles vides, servies par des hommes et des femmes corrompues, qui justifient devant l'opinion internationale (parce que plus personne n'est dupe au Tchad), l'existence d'une prétendue démocratie. Quant à l'opposition dite démocratique, force est de constater qu'elle est illégale, illégitime parce que ne représentant plus rien du tout. Des députés qui doivent leur mandat à l'exécutif, ne sont plus des élus. Ils participent des jeux du pouvoir. Aujourd'hui, la seule véritable opposition, les seules voix qui contestent et combattent le pouvoir oppresseur, sont celles des « dégagistes » de la société civile, des militants des droits de l'homme, des artistes musiciens et de quelques rares titres de journaux et de Radios. A Amdjaress le vrai pouvoir structurer selon un mode de gouvernance féodale et à N'Djamena, la vitrine d’une pseudo-Démocratie.

Contribution spéciale de l’ancien D.P de Notre Temps Nadjikimo Benoudjita avec l’appréciation de la Rédaction. Article publié  sur son espace depuis le  lundi 14 mai 2018.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article