Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Après la décision inédite de la Cour constitutionnelle prise lundi dernier mettant fin au mandat des députés et demandant la démission du gouvernement, le président gabonais a nommé vendredi une nouvelle équipe composée de 41 membres dirigé par l’ancien premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet, qui a été reconduit à son poste comme la plupart des ministres du précédent gouvernement. Les principaux ministres de l’équipe sortante conservent leurs portefeuilles dans le nouveau gouvernement à l’exception du très médiatique ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Alain-Claude Bilie By Nzé.

 

Ce dernier se voit confier les rênes du ministère des Sports, de la Culture et du Tourisme dans le nouveau gouvernement. Toute chose qui ressemble à un aveu pour un fervent défenseur du régime de Libreville. Sept opposants font leur entrée dans cette nouvelle équipe  qui aura pour mission principale d’organiser les élections législatives, deux fois annoncées et reportées depuis 2016. Alors que le Gabon aurait dû organiser des élections législatives avant fin avril, l’opposition accuse la Cour constitutionnelle d’être de mèche avec l’exécutif en voulant renforcer les pouvoirs du chef de l’Etat par ces dernières décisions. Dorénavant, le nouveau gouvernement est responsable uniquement devant le président Ali Bongo. 

 

Le Senat assure provisoirement le rôle dévolu à l’Assemble nationale jusqu’à la tenue des élections législatives, dont la date sera annoncée par la Cour lorsqu’elle aura été saisie par le Centre gabonais des élections (CGE), une instance nouvellement mise en place composée des membres de la majorité et de l’opposition. Selon plusieurs commentateurs de la vie politique gabonaise, les élections législatives ne devraient pas se tenir avant juillet au plus tôt, alors que les élections locales se tiendront avant la fin de l’année et les sénatoriales début 2019. Le Gabon, pays de la sous région Afrique centrale de moins de deux millions d’habitants, est dirigé depuis 2009 par le Ali Bongo Ondimba, fils du feu Omar Bongo, qui a présidé aux destinées de ce pays de 1967 jusqu’à son décès des suites de maladie en 2009.

Moussa T.Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article