Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Taxi, tu me diras quand on sera arrivé au carrefour Safca, je ne connais pas.
Le père, tu es là, à Yaoundé et tu ne connais pas rond point Safca?
Je veux juste savoir quand je serai au rond point Safca. C'est possible?
Silence...

Nous étions trois passagers, assis derrière et deux sur le siège avant, près du chauffeur. Soudain, le taxi, se mit à hoqueter, toussoter, puis convulsa, avant de s'arrêter, pile, en pleine chaussée. Imperturbable, le chauffeur força la clé dans le démarreur en faisant couiner la voiture.
Silence...
Il reprit une fois, deux fois la même manœuvre. J'osais une observation:
Le carburant?
Non! J'ai le carburant! Répondit le chauffeur qui, en même temps, avait planté sa tête hors la voiture pour voir derrière lui, débraya, et, se mit, malgré la folle circulation tout autour, à descendre la pente en machine arrière, moteur éteint. La voiture cabra: une fois, deux fois. Fit semblant de redémarrer, puis...Freins! On était monté sur le trottoir et, à quelques millimètres d'écraser l'étal de fruits d'une femme qui se mit à aboyer:
Héééh va loin avec ta malchance que tu veux mettre sur moi!
Vaincu, le taxi man éteignit le moteur, et, en silence, nous descendions de la voiture. Je lui tendis 100 F.
Que tu me donnes 100 F, même pas 150, alors que tu es déjà à Safca? J'ajoutais 50 F tout en lui demandant:
C'est où rond point Safca?
Le père, là que tu vois là devant toi, marche donc un peu!
Je souris et interpellai un autre taxi. Le temps de m'asseoir et le chauffeur s'arrêta, me fixant, goguenard.
Safca!
Déjà? Je lui remis les 100 F, honteux et, me faufilai autant que le pus, à travers la grouillante circulation. Le restaurant Chinois était juste en face et, Luc, mon homologue était là, sur le trottoir. Tout autour, des bars, faisant un bruit fou.
Nous entrions par une large baie vitrée. À l'intérieur, silence. Un isolement quasi total du vacarme tout proche. Des femmes noires, en robe rouge, un jeune Chinois qui nous regarde à peine. Je demande à l'une des dames:
Un groupe de volontaires?
Elle nous désigne une pièce:
C'est là. Nous y entrons. L'incarnation de la diversité, version conviviale s'affichait dans cette pièce, autour d'une grande table sur les visages, les uns aussi sympas et agréables à voir que les autres. Une bonne, très bonne soirée.

Merci Maxime...La Liberté!

Contribution spéciale de l’ancien D.P de Notre Temps Nadjikimo Benoudjita avec l’appréciation de la Rédaction. Article publié  sur les réseaux sociaux hier samedi 19 mai 2018.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article