Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Déjà le 24 mai! Vivement, un retour à cette journée du 20 mai, vue de Bastos, à Yaoundé.Les rues grouillantes de circulation et les trottoirs habituellement achalandés de vendeurs à l'étal et à la sauvette, sont déserts et un silence, apaisant règne dans les ruelles. Toute la ville est mobilisée pour les cérémonies de la fête nationale de l'Unité Camerounaise. Treize heures. Nous arpentons, c'est inévitable à Yaoundé, une côte, moi piaffant, les plus jeunes, avec beaucoup plus de fortune, en quête d'un coin, tranquille et surtout, ouvert. Dans un angle, à deux pas du Carrefour Bastos, Vulodic, tout en désignant, en face un immeuble en construction me dit: « L'ambassade du Tchad. » Le bâtiment volumineux m'avait-il confié avait, au niveau de son deuxième étage, arrêté de croître depuis deux ans.'' Je pensais au sort de la femme de lot clouée dans son élan vers sa fortune par la foudre céleste et me dis, pauvre Tchad, cloué dans son élan d'existence par la boulimie d'un homme. La cupidité, où ça mène? Suivant, notre hôte nous entrions dans une vaste cour, surplombée d'immeubles cossues qui semblaient rire de la prétention de leur voisin Tchadien, en arrêt de croissance, (pour jouer dans la cour des grands, il faut se lever tôt, lisais-je dans leur expression ironique).

Des escaliers à n'en pas finir, nous conduisirent sur une vaste terrasse, aux meubles caractéristiques des restaurants bars de tous les quartiers huppés des grandes villes. L'endroit, presque vide, paraissait reposant et, sur deux tables différentes, deux hommes, un quadragénaire fabriqué comme un catcheur, assis sur un sofa, lisait un journal devant un verre à moitié vide et dans un angle sur une chaise, un octogénaire portant avec prestance son âge, le visage armé d'une paire de lunettes aux montures en or et la tignasse grisonnante bien fournie, observait la rue, un sourire vague éclairant son regard qu'il porta humblement sur nous, en répondant, en bon Africain, à notre bonjour. Sa tasse de café, vide marquait de fines cernes bruns sur leur bord. Choisissant, à l'écart des premiers occupants des lieux, un coin, nous étions à peine assis quand se pointa, une ravissante et agressive serveuse, nous demandant nos préférences. Elles portèrent toutes sur des bières. Brune pour moi, blondes pour mes deux compagnons, Neveu D et Neveu.V..Le coup d'envoi de la discussion fut lancé par le docteur Dobs, la jeune quarantaine, ou la vieille trentaine:« Tonton, as tu vu cette vidéo comparative entre les années d'exercice assez atypiques et pourtant au départ similaires de deux présidents d'Afrique Subsaharienne: le même âge, tous deux militaires, ayant passé, à deux années près, le même nombre d'années au pouvoir, mais avec des bilans complètement opposés sur tous les plans de leur gouvernance? »«  Non! » Répondis-je, embarrassé par l'air surpris et perplexe de Vulodic.

L'Octogénaire devint tout d'un coup attentif, tandis que que le Catcheur se commanda une liqueur et se rapprocha de notre table, en murmurant : «  Intéressant ».Vulodic, enchaîna un tantinet passionné: « Tonton, mais tu dois deviner! Déby et Kagamé! »Mais le toubib, revint à la charge:« Tonton, je vais te transférer çà. La vidéo est formidable: Déby et Kagamé avaient presque le même âge lors de leur prise de pouvoir par la force après le maquis ; Déby, en 1990 et Kagamé, 4 ans plus tard. Le premier, malgré la gouvernance tyrannique de Habré avait hérité d'un pays relativement stable, avec une administration organisée, un territoire intégralement souverain et, une population spontanément acquise à sa cause démocratique et à ses projets de construction nationale. Vingt huit ans plus tard, lui qui n'avait ni or ni argent mais qui a trouvé des entreprises du pétrole et de l'or et de l'uranium, a tout chamboulé. Toute l'économie est par terre, tout le pays est exsangue et les populations dans la misère. « Ça, c'est Déby! » Le toubib était excité, mais Vulodic, apparemment davantage qui lui arracha la parole:« C'est ça non tonton! Et Kagamé ? Il avait hérité d'un pays chaotique ! Et pourtant, malgré le génocide et des décennies d'hostilité entre ses populations et groupes ethniques, sans pétrole ni diamant, ni or, construit un pays stable, modèle, performant et socialement responsable au point que ses indices économiques et sociaux soient meilleurs que ceux de beaucoup de pays Occidentaux! »

Je voulais répondre, quand l'Octogénaire, promptement, se mit debout, tira une chaise et se rapprocha de notre table: «Et vous ne voyez pas l'énorme mensonge que tout cela cache? Vous applaudissez alors que, le défi n'est pas dans le modèle préfabriqué que l'Occident offre dans cette zone pour cacher la plus grande escroquerie qui a jamais eu lieu au 21ème siècle! » « Monsieur! son regard me cibla et je compris qu'il s'adressait à moi:Voyez-vous, j'ai quatre-vingts ans, mais, je reste toujours surpris par la naïveté des Africains. Vous applaudissez Kagamé et vous dénoncez Déby, mais où est la différence entre ces deux personnages? Vous le voyez pas qu'ils font le même travail pour les puissances financières qui gouvernant ce monde? Le ménage, la protection des intérêts des puissances financières et industrielles qui gouvernent le monde? » Il fit une digression magistrale qui le conduisit des maquis camerounais, à Kwameh N'Krumah, Tscombé et Lumumba en passant par Houphouet, Ahidjo et Bongo Omar, puis revint aux deux personnages de la conversation:Si je vous dis que Déby et Kagamé font exactement le même travail, après tous les exemples que je viens de donner et que vous me dites non, alors?....Mais voyons!Son accent camerounais reprenait le dessus sur l'habillement anonyme qui soutenait, au début ce langage châtié: Déby fait le ménage et le gendarme, Kagamé fait le mirage et le gendarme. Le bassin Tchadien du lac Tchad que se partage tous les riverains de ce grand Lac moribond couvrant l'Extrême Nord du Cameroun, le Sud Ouest de la RCA du Nord au Sud, sont des régions hautement riches en hydrocarbures, en Uranium, en diamant, etc,sans compter l'Or! Pareil, côté Ouest, l'histoire de Bakassi. Qui protège tout ça? Et pour qui? Déby est un bon gendarme, comme, en son temps, Mobutu, même s'il est un peu gourmand et ne pense pas à son peuple. Il fait bien le travail de capo, tant pis pour le Tchadiens! Les hommes, leurs droits, le développement ! Laissez-moi rire. Ce n'est pas le problème des puissances financières et industrielles qui gouvernent le monde. Il continua après un rire finissant sur une petite quinte de toux, se racla la gorge, puis reprit, le regard embrasé.

Paul Kagamé fait exactement la même chose que Déby, voire pire! Les Grands Lacs? Un scandale géologique! L'indispensable réservoir de minerais précieux, hautement stratégiques pour la quatrième révolution industrielle de l'Occident: la cybernétiqque, l'informatique, l'aéronautique et l'aérospatiale ! Hohhoh! Il rit franchement nous entraînant tous dans son rire.-Mais ne riez pas? Pourquoi vous riez? C'est un drame monsieur! Un drame humain gigantesque que vivent au quotidien des centaines de milliers de Congolais, de Burundais, mais aussi des Rwandais! Certes, il y a eu le génocide au Rwanda. Mais, depuis 1994, savez vous combien il y eu de victimes des exactions militaires ou miliciennes dues au pré carré Kagamé, Mousseveni, Kurunziza et Kabila fils?Le Catcheur se leva balayant de son bras musclé l'air et claironna d'une voix de stentor:«  Tout à l'hère je vous avé dit que c'été très intéréssant, commè débat. le papa, laissez moi vous dire qu'il a raison! Kagamé, Kabila, Musévéni et N'kunrunziza sont des pires sipos de l'impérialisme en Afrique. Ils ont tié, massacré plus de six millions des populations des Grands Lacs, c'est pirè que la Choa des juifs! » Choqué, essoufflé, ému, il s'excusa, avala une rasade et fixa l'Octo tribun comme pour lui remettre, la parole, puis se ravisa avant d'ajouter: '' je suis Congolais de la RDC.Vous voyez, j'allais dire de Régis a d'autant plus raison que ces quatre personnages cités font tout ce qu'ils veulent comme exactions contre les populations des Grands Lacs, dans un silence assourdissant de la communauté internationale. Pourquoi? Parce qu'ils garantissent le pillage de ce trésor géologique qui fait le bonheur des puissances financières et industrielles du monde entier. Ooohoo, il rit de plus belle, mais cette fois nous nous gardions de faire comme lui.

« Vous ne riez pas pourquoi? C'est une situation tragi-comique! Faites un embargo de 3 mois, juste trois mois sur le coltan, le cobalt,, le diamant, le cuivre et bien d'autres minerais qui sortent par quantité industrielle de cette région, la plus humainement misérable du monde, et vous verrez la panique sur les marchés boursiers internationaux. C'est le revers de la prospérité des pays comme le Rwanda et l'Ouganda, les bons élèves de Blair et Clinton. Les apôtres de la nouvelle division de l'Afrique. » Il jeta un coup d'oeil à sa montre, sortit de sa poche des cartes de visite qu'il se mit à distribuer, et s'excusant: '' C'était une belle journée de fête partagée avec vous, Mais je dois prendre mon avion pour Paris, dans quelques heures. '' Il partit, nous laissant avec un sujet de débat sans fin.

Contribution spéciale de l’ancien D.P de Notre Temps Nadjikimo Benoudjita avec l’appréciation de la Rédaction. Article publié  sur les réseaux sociaux hier jeudi 24 mai 2018.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article