Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Après deux mandats consécutifs à la tête du pays, l’ex-présidente argentine Chistina Kirchner est rattrapée par son passé comme le rapporte le site RTBF citant l’agence Belga dans sa publication datée de mardi 15 mai 2018.  Elle vient d’être inculpée lundi ainsi que ses enfants dans une affaire de blanchiment d’argent via la location d’hôtels leur appartenant, selon une source judiciaire. Les Kirchner ont développé « un réseau complexe d’entreprises afin de mettre en circulation (…) une partie des bénéfices obtenues grâce à une fraude contre l’Etat », selon une décision de justice publiée par le Centre d’information judiciaire de la Cour suprême.

 La justice a également dans le cadre de cette affaire, une importante somme d’argent qui s’élève à quelque 800 millions de pesos (près de 34 millions d’euros) appartenant à madame Kirchner, présidente argentine de 2007 à 2015n et ses deux fils Maximo et Florencia. La banque centrale a été sommée par le juge de saisir les comptes bancaires des huit autres mis en cause dans la même affaire. Le magistrat reproche aux accusés d’avoir obtenu cet argent « à travers l’attribution irrégulière de la majeure partie des travaux publics d’un réseau routier de la province de Santa Cruz » (sud), le fief politique de l’ex-président Nestor Kirchner de  2003 à 2007.  Dans le box des accusés dans cette affaire, se trouve également Cristobal Lobez, l’ancien dirigeant d’un empire commercial en Argentine, actuellement emprisonné pour évasion fiscale. L’ancienne présidente Kirchner occupe actuellement le siège de sénatrice alors que son fils Maximo celui de député. Connue sous l’appellation de «Hotesur », cette affaire qui éclabousse actuellement l’ex-présidente et ses deux fils remonte à 2004 après le dépôt de plainte par l’ex-député de l’opposition Margarita Stolbizer.

D.P Moussa T. Yowanga

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article