Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

L’Agence France Presse (AFP) eut donné depuis hier mercredi 18 avril 2018 cette informations selon laquelle on apprend qu’un lycéen a été tué par balle mardi par un policier à Am Timan, dans le sud-est du Tchad, à la suite d'une altercation qui a dégénéré et s'est conclue par la mise à sac d'un Commissariat de police, ont indiqué mercredi les autorités locales. «Au moment de l'intervention de la police, les choses ont tourné au vinaigre, un élève est mort sur place, un autre a été blessé. Le commandant du corps urbain et son adjoint ont été blessés », a indiqué à l'AFP le porte-parole de la police, Paul Manga. L’altercation s'est déroulée mardi à Am Timan, ville du sud-est tchadien de près de 40.000 habitants. «De retour d'une épreuve d'éducation physique et sportive, le directeur des études a interdit à deux élèves de garer leur moto dans l'enceinte du lycée.

Devant leur refus d'obtempérer, le directeur des études a giflé un des élèves», a raconté a l'AFP un chef traditionnel qui a requis l'anonymat.«En réaction à la gifle, les élèves ont brûlé les motos des enseignants et le directeur des études a fait appel à la police. Et ça a dégénéré», a-t-il poursuivi. «La police a commencé à tirer. Un élève a reçu une balle à la tête. Transporté à l'hôpital, il est mort. Un autre a été blessé à la jambe », selon cette même source.« Constatant la mort de leur camarade, les élèves ont envahi le Commissariat où ils ont tout brûlé: véhicules, motos, etc. Ils ont été aidés par des passants. Les policiers ont abandonné le commissariat qui a été complètement mis à sac. Deux policiers gravement blessés ont été transportés vers N'Djamena », a expliqué ce chef traditionnel. « Le Commissariat est complètement saccagé, il n'y a plus rien », a confirmé à l'AFP le porte-parole de la police. « Les manifestants ont emporté les armes de ce commissariat », a ajouté la source locale, précisant que « la situation est calme, mais qu'il faut tout faire pour récupérer les armes emportées ».

Eric Mocnga Topona,correspondant spécial à Bonn en Allemagne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article