Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Pourquoi et pour quelles raisons Internet sans frontières, Access Now et Utopie Nord-Sud ont-ils décidé de saisir l’ONU sur les multiples violations par le Tchad des Droits numériques soumises au Conseil des Droits de l’Homme? Abdelkérim Yacoub Koundougoumi eut donné des explications plausibles en tant que chef de Division Afrique centrale d’Internet Sans Frontières dans un communiqué de presse publié par son organisation le lundi 02 avril 2018: «Cette soumission rappelle que le Tchad est l’un de ces pays experts des coupures volontaires des télécommunications pour des raisons politiques. Pas plus tard que le 30 mars 2018, soit un jour après l’envoi de notre rapport à l’ONU, la bande passante a été limitée, ce qui a rendu extrêmement difficile pour les citoyens tchadiens de se connecter aux réseaux sociaux et aux applications de messagerie sans recourir à un VPN. Cela doit cesser».Et son organisation n’était pas la seule à saisir le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU. Internet sans frontières, Access Now et Utopie Nord-Sud ont conjointement soumis un rapport au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies sur la situation des droits de l’Homme en ligne au Tchad.

 

Cette organisation de défense des  droits des internautes s'appuie  ici sur d’autres précisions pour justifier davantage les raisons qui l'ont poussée à dénoncer les méthodes restrictives des autorités tchadiennes en matière de l'accès à l'internet dans un rapport très accablant soumis au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies  :«Ce rapport fait parti de l’examen périodique universel(EPU) de ce pays, qui interviendra en novembre 2018. Dans ce document, les trois organisations rassemblent des preuves de violations de la liberté d’expression, d’accès à l’information et du droit à la vie privée, commises par le gouvernement tchadien ces 5 dernières années, en violation de la Constitution et des engagements internationaux. Notamment, le Tchad n’a eu de cesse d’arrêter, torturer des défenseurs des droits de l’homme, des activistes, des journalistes, interdire des manifestations, ou couper l’accès à Internet. D’avril à décembre 2016, le gouvernement a bloqué tous les réseaux sociaux et les applications de messagerie pour tenter de contenir le mécontentement croissant de la population. Cette violation de la liberté d’expression tchadienne en ligne a coûté au pays près de 18 millions d’euros, selon les estimations d’Internet sans frontières. Internet Sans Frontières appelle les Etats membres du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à accorder la priorité aux violations des droits numériques lors de leur examen du Tchad, en particulier les interruptions et coupures de réseaux qui ont un effet direct et négatif sur les autres droits humains ».

La Rédaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article