Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

L’œil de Fabien vous donne l’occasion de croiser de vous-mêmes,mais indirectement le regard de l’écrivain alarmiste et économiste Jacques Attali à travers son livre :« Une brève histoire de l’avenir » paru aux éditions Fayard en 2006.En effet, L’évolution perpétuelle des sociétés, des techniques, des sciences… doivent-ils créer des inquiétudes pour le futur du genre humain ou au contraire le rassurer ?L’écrivain tire la sonnette d’alarme sur un constat réel que vit les sociétés actuelles sur leur vieillissement, et l’égocentrisme des humains qui refuse de procréer comme dit-on dans la Bible« multipliez-vous et remplissez la terre ». Tranchantes aussi soient-elles, ses analyses ont une part de vérité avec des statistiques vérifiable et mesurable. Mais libre cours à chacun de faire son idée sur la question.

Selon l’écrivain alarmiste et économiste Jacques Attali, partout dans le monde, la croissance marchande favorisera l’allongement de la vie. On assistera déjà, avec une intensité plus ou moins grande selon les pays, à une baisse de natalité et à l’augmentation de l’espérance de vie. D'où un vieillissement général de la population. Si les tendances actuelles se prolongent, l’espérance de vie dans les pays développés dépassera les 90 ans en 2025, puis y approchera le siècle. Par ailleurs, avec la croissance de la liberté, en particulier celle des femmes, la natalité baissera au point de ne plus permettre, dans de nombreux pays, le renouvellement des générations. En Corée, par exemple, le taux de natalité est passé de 5,1 dans les années 1950 à 1,5 en 2000 ; la natalité baissera même dans les pays musulmans, où elle reste la plus élevée (elle atteint encore 7 enfants par femme dans certaines régions du Moyen-Orient). En 2025, plus de dix millions d’Américains auront plus de 85 ans ; le nombre des plus de 65 ans sera passé de 4% en 1900 à 33%. Ils seront alors 45% au Japon, 22% en chine. En France, ils seront 33% et le nombre des plus de 85 ans aura doublé dans les dix prochaines années. Dans certains pays, le vieillissement sera si prononcé que la population décroîtra : en 2025, la population japonaise pourrait avoir baissé de 20 millions, celle de l’Allemagne de 10 millions.

Il enchaîne ici en faisant un petit calcul à sa façon que la population active européenne diminuerait de 30 millions d’ici à 2030. Les femmes ayant moins d’enfants à charge, échapperont plus facilement à la domination masculine et trouveront mieux leur place dans la société. Ce qui aidera, en particulier, à faire évoluer l’islam, comme ont évolué pour les mêmes raisons les autres religions monothéistes. Les personnes âgées seront politiquement majoritaires ; elles imposeront la priorité au présent, la stabilité des prix et le report des charges sur les générations suivantes ; elles consommeront des produits spécifiques (cosmétiques, diététiques) et des services adaptés (hôpitaux, maisons médicalisées, personnels d’assistance, maisons de retraite). Tous consommeront plus de médicaments et de soins hospitaliers, conduisant à une hausse massive de la part des dépenses de santé et d’assurances dans la consommation mondiale.

Aussi, l’écrivain alarmiste et économiste Jacques Attali termine son constat avec une petite analyse tout en faisant croire aux gens que le poids du financement des retraites par les actifs sera de plus en plus lourd : aujourd’hui, en Europe, chaque actif finance déjà le quart d’une retraite. En 2050, il en financera plus de la moitié. Pour maintenir le ratio actuel d’actifs par retraité, il faudrait alors accepter d’augmenter soit les impôts, soit la natalité, soit l’immigration. Ceux des pays qui refuseront les étrangers verront leur population s’effondrer. Ceux qui les accepteront, verront leur population se transformer. Au sein de l’Union européenne, les personnes venues d’Afrique et leurs descendants pourraient représenter, en 2025 jusqu’à 20% de la population de la ville de Bruxelles serait composée de descendants d’immigrés, originaires de terres d’islam et d’Afrique. Une telle évolution impliquera d’immenses mouvements de population, que les États-Unis seront sans doute mieux préparés que d’autres à affronter ou à accepter. Elle imposera, en particulier, une extraordinaire croissance des villes.

Fabien Essibeye Fangbo, journaliste stagiaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article