Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Les fouilles archéologiques apportent d’énormes clarifications sur la vie passée des êtres humains. D’ailleurs, le premier homme ayant existé sur la terre va être révélé grâce aux fouilles archéologiques menées au Nord du Tchad. Grâce au célèbre magazine français « Sciences & Avenir » publié en janvier 2017 N°839 que l’œil de Fabien a fait le choix de vous donner une fois de plus l’occasion d’apprendre des vraies informations sur les récentes recherches archéologiques venant authentifier la véracité des récits de la Bible. Des originaux de manuscrit de la Mer-morte sont récemment apparus sur le marché. D’où viennent-ils ? Sont-ils authentiques ? Livrent-ils des révélations sur la Bible hébraïque ?

Selon ses recherches archéologiques qui ont mis des nouvelles profondes sur cet aspect de choses, ce sont des 25 fragments calligraphiés d’antiques écritures araméennes et hébraïques. De fragiles morceaux de peau jaunis et de papyrus  vieux de 2000 ans dont l’existence, révélée en octobre 2016 dans un article de la revue scientifique en ligne Live Science, a suscité une immense curiosité. Ces vestiges rarissimes appartiennent en effet aux célèbres manuscrits de la mer Morte, comme ont été baptisés les papyrus et parchemins ainsi qu’un rouleau de cuivre mis au jour dans les falaises du désert de Judée, entre 1947 et 1956, parmi lesquels des textes bibliques. L’annonce est d’autant plus exceptionnelle que certains de ces nouveaux fragments seraient des originaux inédits de la Bible hébraïque, appelé Ancien Testament par les chrétiens. Ce serait le cas notamment du seul fragment connu du livre de Néhémie, un psaume des écrits relatant le retour d’exil des juifs et la reconstruction de Jérusalem.

 Aussi, il faudrait noter que ces délicats lambeaux parcheminés, dont les plus petits font 2 centimètres carrés à peine, ont refait surface sur le marché des antiquités où ces pièces se négocient des millions de dollars. « Ils ont été acquis par deux importants collectionneurs », explique Arstein Justnes, professeur au département de religion, philosophie et histoire de l’université d’Adger, en Norvège. Le premier d’entre eux, l’Américain Steve Green, propriétaire de la chaine de magasins de loisirs créatifs et de décoration Hobby Lobby, en a ainsi rassemblé 13 entre 2009 et 2015. Ce chrétien évangéliste en a fait don au musée de la Bible dont il finance la construction à Washington (Etats Unis) et qui sera inauguré à l’automne 2017.

Le second, Martin Schoyen, homme d’affaires norvégien, en a acquis 12, venant s’ajouter à la centaine qu’il a déjà collectée depuis 1986. D’après Artein Justnes, ces 25 inestimables écrits sur cuir et papyrus rongés par les siècles ne seraient en fait… que la partie d’un iceberg ! «Ils appartiennent à un ensemble de 74 éléments qu’on a vu réapparaitre depuis quinze ans et que les spécialistes ont baptisé fragment de la mer Morte post 2002 » date à laquelle les premiers ont été repérés. Leur provenance n’est pas établie avec exactitude car les vendeurs révèlent rarement leur source» Cependant tous les expert interrogés par Sciences et Avenirs s’accordent à dire qu’ils ont sans doute été acquis auprès d’un intermédiaire connu sous le nom de Kando.

Fabien Essibeye Fangbo,journaliste stagiaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article