Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

L’œil de Fabien refuse pour l’instant de vous perdre de vue. Et c’est dans ce sens qu’il apparaît ce mardi 10 avril 2018 avec un phénomène de société aussi vieux que le monde:«Les conflits entre les enfants au sein d’une même famille ou autre, sans oublier les techniques de sa gestion ». Ainsi, les conflits entre les enfants au sein d’une même famille ou autre, est un problème que tous les parents s’y confrontent. Pourquoi un tel climat de crise dans les maisons ? Ces chamailleries ont-elles une source quelque part ? Sous les cieux  du livre de docteur Stéphane Clerget « Le Guide de l’ado à l’usage des parents » paru aux Editions Calmann-Levy en 2008, le Dr Clerget nous apportera quelques éléments de conseils pour aider les parents. Les disputes font partie de la vie normale d’une famille, mais il arrive que des conflits entre frères et sœurs soient si fréquents qu’ils gâchent le plaisir d’être ensemble. D’autant plus qu’à l’adolescence ils peuvent prendre une ampleur croissante.

Les conflits entre les enfants dans les familles auront-elles pour sources la jalousie ancienne ou récente d’un des enfants ? Sur cette interrogation docteur Clerget dresse une analyse assez simple  sur la question en ces termes :« Une jalousie qui remonte à la petite enfance en est une cause habituelle. Et elle conduit parfois un véritable harcèlement de l’aîné sur le puîné, ce qui n’est pas tolérable et impose une fermeté à l’égard du premier. Il arrive que la jalousie apparaisse sur le tard. Bien que pourvu de nouveaux droits et de nouvelles libertés, l’adolescent peut souffrir dans son émancipation de ne plus être le petit enfant de ses parents et envier le cadet ou la cadette d’occuper toujours cette place. C’est parfois sans en avoir conscience, pour se décoller l’un de l’autre qu’ils se disputent tant, voire qu’ils se battent. Certains frères et sœurs grandissent en symbiose et, arrivés à la puberté à l’occasion de l’émergence de pulsions sexuelles, ont besoin pour leur développement affectif de se « défusionner » afin  de découvrir l’intimité avec des pairs qui ne soient pas de leur famille. A l’inverse, à l’adolescence, il arrive que le frère et sœur ne se reconnaissent plus : l’apparence physique comme les centres d’intérêt et la personnalité se sont en effet modifiés sur un temps relativement bref. Les conflits traduisent ce caractère d’étrangeté et le besoin de se confronter pour établir de nouvelles limites entre mais aussi parfois d’en venir aux mains pour se redécouvrir. »

Ayant mis la lumière sur les éventuels raisons de chamailleries des enfants, Dr Clerget propose ainsi son conseil aux parents pour ne pas envenimez les situations conflictuelles, mais au contraire, elle exhorte à rechercher la quiétude et l’apaisement au sein de la famille, et de leurs apprendre les règles de la vie sociale. Elle déclare : « Evitez de jeter de l’huile sur le feu en comparant vos enfants sur tel ou tel sujet. Il n’y a rien de plus agaçant pour un ado que d’être systématiquement mis en concurrence avec son frère ou sa sœur. De même, évitez de les donner en exemple l’un à l’autre. Par exemple, les phrases comme ‘regarde ton frère, il n’oublie jamais de faire ses devoirs’ seront prohibées. Et si l’on protège le benjamin, on protégera aussi l’aîné du plus jeune qui est toujours dans ses pattes. Le sport, un remède à l’agressivité mal contrôlée. Mais la jalousie n’est pas la seule explication. Si l’un de vos enfants a des difficultés à contrôler ses pulsions agressives (ce qui est habituel au début de l’adolescence) inscrivez-le dans un sport de combat. Cela lui donnera l’occasion de déplacer son besoin de bagarre à l‘extérieur de la famille et de le faire de manière encadrée tout en apprenant des règles de combat ».

Et sous forme d’une conclusion, docteur considère personnellement que : «  Les conflits entre frères et sœurs sont aussi l’occasion pour les parents d’enseigner à leurs enfants les règles de cohabitations. Cela leur sera utile plus tard, s’ils sont amenés à vivre en colocation ou en couple, et à partager leur lieu de travail. Cet apprentissage prend un peu de temps. Pour leur faire comprendre qu’on peut échanger des points de vue opposés, sans pour autant en venir aux cris, pensez à organiser un débat contradictoire entre eux et vous, durant lequel vous laisserez chaque partie exposer son point de vue en détail. De votre côté, ne prenez pas parti trop rapidement, et ne jugez pas systématiquement. Car le but n’est pas précisément de savoir qui a tort ou raison. Mais de laisser chacun s’exprimer, et apprendre à respecter l’avis de l’autre. Vous pouvez, en cas de cacophonie, avoir une écoute flottante. Le but est de remplacer la dispute par le débat. Qu’ils apprennent à argumenter, grâce à votre intervention meneuse de débat, et qu’ils s’épuisent en arguties plutôt qu’en insultes ».

Choix et commentaire de Fabien Essibeye Fangbo,journaliste stagiaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article