Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Aujourd’hui jeudi 26 avril 2018 marque le 43ème mois de la disparition forcée des 43 étudiants de l’Ecole Normale rurale d’Ayotzinapa, attaqués et embarqués par la police dans la nuit du 26 septembre 2014, à Iguala au Mexique. Cette information provient de la part de l’Association Latir Por Mexico qui appelle d’ailleurs à un grand rassemblement ce jeudi 26 avril 2018 sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris  en France de 17 h à 19h. Les responsables de cette association indiquent que cette manifestation s’inscrit fidèlement dans le cadre d’une « Action globale » pour les 43 mois de la disparition des étudiants, convoquée par leurs parents et à laquelle participeront des nombreuses villes européennes ou ailleurs à travers le monde. Aussi, les responsables de l’Association Latir Por Mexico ajoutent que ce rassemblement donnera aujourd’hui ce jeudi 26 avril 2018 l’occasion de rencontrer d’autres Collectifs et d’autres luttes autour des disparitions forcées et des violences politiques  ayant eu lieu sous d’autres cieux.

 

Pour comprendre les raisons de la disparition de ces 43 étudiants mexicains ayant eu lieu donc dans la nuit du 26 septembre 2014, l’Association Latir Por Mexico eut décidé de dresser un rappel de cette triste histoire.Selon elle, 43 mois se sont écoulés depuis la terrible répression qui s’était abattue le 26 septembre 2014 contre les étudiants de l’École normale rurale d’Ayotzinapa (État de Guerrero, Mexique). Cette nuit-là, une centaine d´étudiants sont partis réquisitionner plusieurs autobus en prévision d’une future grande manifestation dans la capitale mexicaine, en mémoire des massacres du 2 octobre 1968. Arrivés à la ville d’Iguala, ils essuient des tirs de la police : trois étudiants d’Ayotzinapa tombent sous les balles, ainsi que deux sportifs, dont l’autobus est fusillé par erreur par la police, et une sixième personne, victime d’une balle perdue. 43 étudiants restent introuvables jusqu’à aujourd’hui, après avoir été embarqués par les forces de l’ordre. Très vite, les autorités ont tenté d’imposer leur scénario, la « Vérité Historique », en rejetant la faute sur les autorités locales et les cartels de la drogue. Les parents des disparus, avec la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme, ont dénoncé point par point la version officielle et ont démontré qu’il s’agit d’un mensonge d’État.La collusion entre toutes les polices, l’armée et les autorités est évidente dans cette affaire, mais 43 mois après les faits, l’État continue d’entraver l’enquête et de mépriser les familles des disparus. 

 

Et bien que cette disparition continue de rendre triste tous les parents de ces 43 étudiants et tous ceux qui les soutiennent , l’Association Latir Por Mexico rassure l’opinion internationale à travers ses écrits et manifestations qu’elle organise que la lutte pour connaître la vérité n’a jamais cessée, d’autant plus qu’Ayotzinapa n’est que la pointe de l’iceberg : si le cas des 43 est emblématique, ce sont plus de 35 000 victimes de disparition forcée que l’on compte officiellement au Mexique aujourd’hui depuis 2008.Tous ces crimes et violations sont cautionnés et encouragés par l’ensemble des accords économiques entre le Mexique et les États européens. Le gouvernement français continue pour sa part à collaborer à la formation et à l’équipement en armes et en matériel des forces de l’ordre mexicaines. Nous n’arrêterons pas d’exprimer notre indignation face au soutien offert par les autorités françaises et européennes à un gouvernement qui tue, fait disparaitre, viole et torture. Pour nos 43 camarades disparus d’Ayotzinapa, pour toutes les personnes portées disparues au Mexique, pour toutes les victimes d’une disparition forcée partout dans le monde, pour toutes les victimes de la violence d’État et de la répression policière, nous demandons justice ! Nous appelons à un grand rassemblement le 26 avril prochain, sur le parvis de l’Hôtel de Ville de 17h à 19h (RDV pour qui peut à 16h45). Cette manifestation s’inscrit dans le cadre d’une « action globale » pour les 43 mois de la disparition des étudiants, convoquée par leurs parents et à laquelle participeront des nombreuses villes en Europe et ailleurs. « Parce qu’ils les ont prix vivants, nous les voulons vivants ! », exigent les responsables de Latir Por Mexico en guise d’un crédo de lutte victorieuse.

Ahmat Zéïdane Bichara

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article