Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Condamné en appel à 12 ans et un mois de prison pour corruption et blanchiment fin janvier et favori des sondages de la prochaine élection présidentielle, l’ex président brésilien Luiz Inacio Lula de Silva est arrivé samedi soir à la prison de Curitibas (sud) afin de commencer à purger sa peine, selon RTBF citant les images de la télévision locale rapportée par Belga. Lula a rejoint son lieu d’emprisonnement à bord d’un avion après s’être présenté à la police de Sao Paulo en début de soirée comme il l’avait promis. Il était accueilli devant la prison par un comité d’accueil constitué de plusieurs centaines de personnes hostiles vêtues de jaune et vert, les couleurs nationales. Ils ont célébré ce moment en tirant de feux d’artifices et tapant sur des casseroles vides. Certains scandaient : «Vive la République de Curitiba ! Vive Serio Moro», en référence au juge qui a ordonné l’incarcération de Lula. L’ex président et ses avocats avaient préalablement négocié vendredi les conditions de l’arrestation de celui qui fut un cireur de chaussures semi analphabète avant de parvenir au sommet de l’Etat brésilien.

Il est placé dans une cellule individuelle d’à peine 15 mètres avec toilettes et douches privatives, au siège de la police fédérale de Curitiba, avant son éventuel transfèrement. Il bénéficie d’un traitement spécial en raison de son statut d’ex-chef de l’Etat, car il est détenu «à l’écart des autres prisonniers, sans aucun risque pour son intégrité morale ou physique », a affirmé le juge Moro. L’ex-président Lula incarcéré samedi pourrait rapidement en sortir grâce à de rebondissements judiciaires. En effet, l’un des 11 magistrats composant la haute juridiction brésilienne, Marco Aurelio Mello, entend soumettre au vote une disposition provisoire susceptible de suspendre l’incarcération de toute personne ayant encore la possibilité de recours auprès d’une instance supérieure. Le cas s’applique bien à l’ancien président âgé de 72 ans actuellement.

 Pourtant la même Cour suprême a fait sauter mercredi le dernier verrou qui le séparait de la prison, en rejetant par 6 voix contre 5 une demande d’«habeas corpus» qui lui aurait permis de rester libre durant quelques semaines, voire quelques mois, le temps du jugement d’autres recours possibles. Le verdict très serré en défaveur de celui qui, demeure potentiellement le meilleur candidat de l’élection présidentielle d’octobre prochain, prouve que tout peut encore basculer à tout moment. L’ex-président jouit encore d’une grande popularité au sein de la population du Brésil, où il est considéré comme celui qui a permis de sortir de la pauvreté des millions de personnes lors de ses deux mandats entre 2003 et 2010. Cependant ses détracteurs, l’assimile à l’un des plus grands voleurs de l’Histoire du pays en raison de son implication  dans le vaste scandale de corruption autour de Petrobras.

D.P

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article