Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Cette question ci-dessus provient des journalistes du journal Le Monde des religions qu’ils ont posé à monsieur Odon Vallet, historien des religions, spécialiste d’anthropologie religieuse dans leur parution N° 88 de mars à avril 2018.L’auteure de cette question est la journaliste Anna Bamberger (internaute) qu’elle a faite pour le compte dudit journal français. Répondant à cette journaliste, Odon Vallet, historien des religions, spécialiste d’anthropologie religieuse est allé tout droit au but : « Une religion est une secte qui réussit ».

S’il ne s’arrêtait que sur ce point, on reste persuadé que beaucoup de gens ne le comprendraient pas sincèrement. Alors, l’historien des religions, spécialiste d’anthropologie religieuse explique : « La plupart des sectes sont promises à une mort plus ou moins rapide, alors que quelques-unes traversent siècles et millénaires pour accéder au statut de religion. »

Il décide de prendre en exemple bien précis et connu de beaucoup de personnes : « Le christianisme le plus ancien est d’ailleurs connu sous le nom de « secte du Nazoréen », secte se disant en grec hairesis. Le petit groupe de femmes et d’hommes vénérant Jésus était formé de Juifs hérétiques, qui se séparaient du judaïsme majoritaire refusant de voir dans le Christ un prophète et un Messie ».

Sur ce point, certaines personnes commenceront à comprendre sa démarche. Mais monsieur Odon Vallet ne s’arrête pas simplement là. Il ajoute d’autres éléments importants. D’après lui : « Secte et religion sont d’ailleurs deux termes à l’origine très discutée. Le premier terme vient du latin sequi signifiant suivre (notamment un leader charismatique). Mais certains voient aussi une éventuelle relation avec secare(couper), le groupe sectaire se coupant de la majorité. De même, religion vient du latin relegere(recueillir) avec une influence de relegare(relier).

Le chercheur Odon Vallet continue dans ses explications comme s’il se trouvait face à des étudiants d’une quelconque université ou en conférence internationale. Il reste clair dans ses explications, surtout quand il dit : « La religion recueille des croyances et relie les Hommes. Mais elle les divise aussi, tout comme les sectes. »

Cette partie paraissait la plus importante de ses explications. Et c’est là où son intervention a son sens d’être. Car il ajoute avec beaucoup de précision. Il s’interroge : « Peut-on aujourd’hui établir une frontière entre secte et religion en fonction du nombre d’adeptes ? C’est peu probable. Les Bahaïs du Proche-Orient ou les Caodaïstes de Vietnam professent un syncrétisme pacifique que nul ne qualifierait de sectaire, même si leurs adeptes sont cinq cents fois moins nombreux que les Chrétiens »

Il s’appuie sur d’autres exemples :« Le Zorastrisme ou mazdéisme fut une grande religion de l’antiquité, et tandis que mazéens ou parsis ne sont plus qu’une centaine de milliers en Iran et Inde, ils ne sont sûrement pas membres d’une secte. »

Là encore, monsieur Odon Vallet, historien des religions, spécialiste d’anthropologie religieuse repart en arrière dans des explications très académiques : « A l’inverse, quand bien même ils dépassent les dix millions de croyants, on a parfois considéré comme membres d’une secte les Mormons ou les Témoins de Jéhovah, ces derniers n’ayant vu que récemment le caractère religieux de leur organisation reconnu par le Conseil d’Etat »

Encore une très intéressante partie. Il met l’accent sur une vraie explication pour amener presque tous ceux qui le liront à le comprendre, lors qu’il dit : « Les sectes peuvent aussi se situer à l’intérieur des religions, du moins selon leurs adversaires, qui ont souvent estimé que certaines nouvelles communautés chrétiennes traditionalistes étaient sectaires ».

Il tend vers la fin de son analyse, mais reprend un autre exemple pour clore :« Le Vatican a dû sévèrement rappeler à l’ordre les frères de Saint-Jean ou les membres du Lion de Juda et de l’Agneau immolé). D’une manière générale, le comportement sectaire observé dans un organisme religieux implique assez souvent un chef charismatique suspecté d’abus dans les domaines sexuel, économique ou théologique. Du sexe, de l’argent et du pouvoir, telles seraient les motivations de ce loup déguisé en agneau qui, de plus, chercherait à couper ses adeptes de leurs racines familiales. Le chef serait un gourou, même si ce terme n’a rien de péjoratif dans ses origines indiennes ».

La Rédaction 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article