Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

L’information publiée par RTBF lundi 26 mars et rapporté par l’AFP indique qu’un tribunal d’appel a rejeté lundi un recours déposé par l’ex président socialiste Lula, qui lutte contre vents et marées pour rester libre et éligible pour la prochaine présidentielle d’octobre au Brésil malgré une peine lourde requise contre lui. Ce dernier acte judiciaire met Inacio Lula da Silva dans une situation inconfortable et le rapproche inexorablement vers la case prison. Le Cour suprême reste le dernier rempart, sinon la dernière lueur d’espoir si cette haute juridiction lui refuse de rester libre dans les semaines à venir, en attendant  tous les recours possibles contre sa condamnation, le meilleur candidat actuellement dans les sondages d’opinion ira droit en prison.

 Une demande ‘d’éclaircissements’ techniques avait été déposée par les avocats de Lula après la confirmation en appel en janvier par ce même tribunal, le TRF-4 de Porto Alegre (sud), de la condamnation de l’ancien président pour des faits de corruption et blanchiment d’argent. Le TRF-4 avait alourdi la peine jusqu’à 12 ans et un mois de détention. Il a déjà été condamné pour avoir accepté un triplex, en bord de mer de la part d’une entreprise de BTP soupçonnée d’être impliquée dans un gigantesque scandale autour du groupe public Petrobras. Notons qu’en fin de semaine écoulée, la Cour suprême a apporté un répits inespéré par Lula en décidant qu’il ne pourrait pas être emprisonné, au plus tôt, avant sa prochaine session le 4 avril. Du coup, la Cour suprême a retardé  ainsi l’échéance de son arrestation en principe prévue dans la foulée du rejet de son recours par les trois juges du TRF-4 ce lundi, suivant les menaces pesant sur lui. Toutefois, si la Cour suprême refuse à Lula une mesure « d’habeas corpus » qui lui assurerait de rester libre tant que l’ensemble des autres recours contre sa condamnation n’auront pas été épuisés. L’ancien président Lula risquerait également d’être déclaré inéligible après la décision rendue par le tribunal d’appel, dans ce dossier complexe sur lequel les juristes ne s’accordent pas. A seulement 7 mois de la présidentielle, un scrutin au dénouement incertain, Lula est largement en tête des intentions de vote.

Moussa T.Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article