Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Cette information de l’AFP relayée par RTBF en date du 6 mars dernier, indique que les importations asiatiques d’espèces protégées du continent africain, dont des tortues, des pythons et des perroquets, ont connu une nette explosion depuis 2006 en raison de la demande d’animaux de compagnie exotiques, de viande et autres produits dérivés, d’après les résultats d’une enquête publiée mardi. Les arrivages de tortues-léopards, de tortues à éperon africains et de pythons royaux ont pratiquement décuplé en dix ans, au même moment les ventes de peaux sont également en augmentation, selon l’étude de l’ONG Traffic. Ces importations se font pour la plupart dans de conditions légales, mais toutes les espèces concernées par l’étude entrent dans la d’espèces protégées par la Convention sur le commerce des espèces sauvages menacées (Cites). « Le commerce légal d’animaux sauvages entre l’Afrique er l’Asie a jusqu’à présent été ignoré dans une large mesure », affirme Willow Outhwaite, co-auteur de l’étude visant à « combler certaines de nos lacunes concernant ces échanges vastes et complexes ». L’organisation de défense des animaux s’est basée sur des données relatives aux exportations et aux importations.

Plus d’1,3 millions d’animaux vivants et plantes, 1,5 millions de peaux et 2000 tonnes de viande ont été exportées d’Afrique vers l’Asie de l’Est et du Sud-est depuis 2006, selon l’étude. Les pythons royaux et les tortues sont très prisés en Asie comme animaux de compagnie à cause de leur nature docile et du fait qu’ils s’accommodent des espaces à taille réduite, ce qui est avantageux dans les métropoles surpeuplées comme Hong Kong. C’est intéressant de voir l’évolution des exportations de ces pythons et des deux espèces de tortues qui sont passées de 8. 488 en 2006 à 78. 295 en 2015. Les chiffres sont en constante évolution. Cela peut avoir à l’avenir des conséquences fâcheuses sur la faune africaine, souligne Traffic. Les prélèvements non durables peuvent entrainer le déclin des populations de tortues-léopards. S’agissant des tortues à éperon sauvages, la troisième plus grande tortue du monde, leur commerce est prohibé depuis 2000. Près de 100.000 perroquets gris ont été acheminés en Asie. Cette espèce a été classée comme étant en danger, ce qui rend son commerce illégal. Pour ce qui est du commerce de peau de mammifères, en particulier les otaries à fourrure chassées en Namibie, à destination surtout de la Chine et Hong Kong, il est passé de 1.972 unités en 2007 à un record de 20.651 en 2012. Mais les peaux majoritairement importées en Asie sont celles de crocodiles servant notamment au Japon et à Singapour dans la maroquinerie de luxe.

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article