Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

France

 

Directeur de publication

Moussa T.  Yowanga

Rédacteur en chef

 Ahmat Zeidane Bichara

 Siège :  France

 Email :  raf.journal09@gmail.com

Géo-localisation

Publié par Ahmat Zeïdane Bichara

Le nouveau président sud-africain fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille comme il s’y est engagé devant ses compatriotes, moins de deux mois après son investiture à la tête du pays. Tom Moyane, le patron du fisc vient d’en faire les frais, puisqu’il a été suspendu mardi 20 mars, avec effet immédiat par Cyril Ramaphosa, a rapporté le correspondant de BBC Afrique à Johannesburg. Il lui est reproché d’être responsable de la dégradation de l’administration fiscale. Pour les observateurs avertis de la politique sud-africaine, ce limogeage est un signal important donner par le président Cyril Ramaphosa décidé à restaurer au plus vite la crédibilité des institutions, après plusieurs années de laxisme nourries par de polémiques et de nombreux scandales sous l’ère Jacob Zuma.

Le chef du fisc Tom Moyane était destinataire d’une lettre très sévère qui lui a été envoyée par le président sud-africain l’accusant clairement d’avoir provoqué le dysfonctionnement du trésor public. La correspondance atteste que Tom Moyane a volontairement couvert une affaire de corruption et a potentiellement mis en péril l’intégrité du service des impôts. Le président va plus loin en soupçonnant le chef du fisc d’avoir autorisé le remboursement d’un prélèvement fiscal d’un montant de près de 5 millions d’euros aux Gupta, la sulfureuse famille d’hommes d’affaires d’origine indienne, empêtrée dans plusieurs affaires de corruptions. Combatif, Tom Moyane se défend de n’avoir rien fait de mal et qu’il pourrait intenter une action en justice. Le président sud-africain se montre déterminé et prêt à mener cette bataille devant les tribunaux. Le président Cyril Ramaphosa entend gagner le défi pour restaurer la confiance du public et des investisseurs dans les institutions publiques. Il veut faire oublier très vite les années Jacob Zuma marquée par une série de scandales de corruption impliquant même l’ancien président accusé de ne pas avoir correctement payé ses impôts et d’avoir cherché à remettre en cause l’indépendance du service des impôts. Des allégations qu’il a toujours rejetées.

Moussa T. Yowanga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article